Mood swings / Sautes d’humeur

GB06April14 Goliath03.jpg

 

EN : I am aware I have been silent for some time. As a matter of fact, I have begun a new coaching training in May, added to the job I already have Monday to Friday. Therefore, evening classes, coaching sessions and other tasks with days already filled have been overwhelming and time was missing. But I now have found my balance (I think). Along with the training, I work a lot on myself, applying the processes I learn to my own experience, and I noticed that I am subject to what I call mood swings. I could even say that since the beginning of my training I am riding an emotional rollercoaster. And it brings me here today to talk about these emotions that govern us!

Every self-development theory will invite you to stay positive most of the time in order to improve your life, just as the law of attraction that states that events and situations we live are the result of the way we feel, projected onto the physical world. I therefore became the perfect example of the person monitoring her thoughts, hunting down the slightest ounce of negativity to reject it and only keep positive feelings. What was the result? Chaos, and a feeling of depression.

In that case, to think positive, yes, but not to the cost of emotions a little less -or a lot less according to their intensity- enjoyable. I learnt the hard way that these always find one way or another to pop right before your eyes through a situation we cannot escape, or a nagging second thought. As a matter of fact, to reject, to bury an emotion or a negative feeling does not put an end to its existence. We cannot reach peace of mind, joy or freedom if we don’t face our fear, if we don’t grieve, don’t accept our sadness. But be careful, we are not talking here about constantly complaining or dwelling on things, we are talking here about facing a confusing feeling, absorbing and taking ownership for it in order to understand it better. Once the reason of its presence is identified, it has no more reasons to be felt, and can free the emotional space it was occupying.

We’re only humans after all. So if you are sad, cry. If you are angry, curse. If you are scared, tremble. Then regain your strength and start off the right foot, choosing what rollercoaster you’ll ride this time.

————

FR : Je suis restée silencieuse pendant quelques temps je le sais. En effet, j’ai entamé en mai une nouvelle formation de coaching, qui s’ajoute au travail que j’exerce déjà du lundi au vendredi. Alors les cours du soir, les séances de coaching et autres en plus de journées bien chargées m’ont quelque peu déstabilisée et le temps me manquait. Mais j’ai maintenant (je pense), avoir trouvé un certain équilibre. Je suis donc amenée à énormément travailler sur moi, à appliquer les processus que j’apprends à ma propre expérience, et j’ai remarqué que je suis sujette à ce que j’appellerai des sautes d’humeur. Je pourrais même dire que depuis le début de ma formation, je vis un ascenseur émotionnel. Ce qui m’amène aujourd’hui à parler de ces émotions qui nous gouvernent!

Toute théorie de développement personnel vous incitera à être positif un maximum afin d’améliorer votre vie, tout comme la loi de l’attraction qui stipule que les évènements et situations que nous vivons sont le résultat de ce que nous ressentons, projeté dans le monde physique. J’en suis donc arrivée à être l’exemple type de la personne surveillant ses pensées, traquant la moindre once négative pour la rejeter et ne conserver que des sentiments positifs. Quel en a été le résultat? Le chaos, et un sentiment de déprime.

Alors penser positif, oui, mais pas au détriment des émotions un peu moins (ou beaucoup moins en fonction de leur intensité) agréables. J’ai appris à mes dépens que celles-ci trouvent toujours un moyen ou un autre d’apparaître devant nos yeux, par le biais d’une situation qu’on ne peut esquiver, ou une arrière-pensée lancinante. En effet, refouler, enfouir une émotion ou un sentiment négatif ne met fin en rien à son existence. On ne peut ressentir la paix intérieure, la joie ou la liberté si on n’affronte pas sa peur, ne fait pas son deuil, n’accepte pas sa tristesse. Alors attention, on ne parle pas de se plaindre constamment et de ressasser, on parle ici de faire face à un sentiment déroutant, l’assimiler et se l’approprier pour mieux le comprendre. Une fois que la raison de sa présence est identifiée, alors il n’a plus de raisons d’être ressenti, et peut libérer l’espace émotionnel qu’il occupait.

Après tout nous sommes humains. Alors si vous êtes tristes, pleurez. Si vous êtes énervés, pestez. Si vous avez peur, tremblez. Puis reprenez vos forces et repartez du bon pied, en choisissant où l’ascenseur vous mènera cette fois.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s