Fear, our best enemy / La peur, notre meilleur ennemi

Standard

EN: Fear. If someone tells you «I am not afraid of anything», please don’t believe it. Or you may, but only if this person lives in a cave and never gets out of there. We all experience fear, no matter how strong we are, how loved, how built, etc. And we are never getting rid of it, so we’d better make peace with it, and use it as a fuel instead of letting it talk us out of our plans and ideas for a greater life.

Let’s say you have a brilliant idea that may help you improve your life. You get excited about it, you want to implement it straight away, you are proud of it, until someone tells you it will not work. What happens next? Well, first of all you are obviously not that excited anymore, and then questions come: «what if I fail? What if my friend is right? What if everybody else thinks the same?». Yes, fear knocks on your mind’s door. It doesn’t wait for you to open, it is at home so it settles. And the expected result happens, the fear of what could happen make nothing happen. Fear 1 – Human 0

Then, neuroscience says that the human mind is programmed to focus on and retain negative thoughts rather than positive ones. Why is that? Apparently, we inherited it from our prehistorical ancestors who constantly had to fight against death, predators and a hostile environment, as coming back alive from hunting was something to celebrate. They were conditioned for the worst to happen to them. They sure couldn’t imagine we would still suffer from the aftereffects! In other words, we are programmed to think about what could go wrong, instead of what could go right. Fear 2- Human 0

It seems the fear gets all the advantages, so you are going to tell me that you now have all the excuses of the world to withdraw from the game. That’s when the number one argument in our favour comes up: the power of thought!

Yes, fear doesn’t think, it is just a reaction from our brain to unusual situations to keep us safe, but we do have the power to think (most of us anyway!)! So we are in possession of a truly powerful weapon to win this battle against fear, to make friend with it, and turn it into fuel for our success! How to do it?

Here are simple steps to overcome any fear (obviously don’t try to apply them when you are run after by a slasher, as your fear is legit). First, you need to identify the fear. If I take the example of speaking in public, you may think the simple fear of going on stage needs to be faced, but is it the real fear, or is it more the fear of being judged, to fail, of what others think, etc.? Once the fear is identified, find why you are experiencing it. The more you will analyze your fear, the more you will be able to domesticate it and use it in your favour. Two steps, two victories. Fear 2- Human 2

The final result is up to you.

——

FR: La peur. Si quelqu’un vous dit «je n’ai peur de rien», s’il vous plait ne le croyez pas. Ou si, vous pouvez, mais seulement si cette personne vit dans une grotte et n’en sort jamais. Nous ressentons tous la peur, aussi forts, aimés, construits, etc. soyons-nous. Et nous ne nous en débarrasserons jamais, alors nous ferions mieux de faire la paix avec, et de l’utiliser comme carburant au lieu de la laisser nous convaincre d’abandonner nos plans et idées pour une plus grande vie.

Disons que vous avez une idée brillante pouvant vous permettre d’améliorer votre vie. Vous êtes enthousiaste, vous voulez la mettre en action immédiatement, vous en êtes fier ; jusqu’à ce que quelqu’un vienne vous dire que cela ne fonctionnera pas. Que se passe-t-il ensuite? Et bien premièrement vous n’êtes évidemment plus du tout enthousiaste, puis viennent les questions : «et si j’échoue? Et si mon ami avait raison? Et si tout le monde pensait la même chose?». Oui, la peur frappe à la porte de votre esprit. Elle n’attend pas que vous ouvriez, elle est à la maison alors elle s’installe. Et les résultats escomptés arrivent, la peur de ce qu’il pourrait se passer fait que rien ne se passe. Peur 1 – Humain 0

Puis, la neuroscience (étude du cerveau) stipule que le cerveau humain est programmé pour se concentrer sur et retenir les pensées négatives plutôt que les positives. Pourquoi cela? Apparemment, nous avons hérité cela de nos ancêtres préhistoriques qui devaient constamment lutter contre la mort, les prédateurs et un environnement hostile, et dont le retour en vie de la chasse était quelque chose à fêter. Ils étaient donc conditionnés pour que le pire leur arrive. Ils ne pouvaient sûrement pas imaginer que nous souffririons encore de ces séquelles! En d’autres termes, nous sommes programmés pour penser à ce qui pourrait tourner mal, plutôt qu’à ce qui pourrait bien tourner. Peur 2- Humain 0.

Il semble donc que la peur ait tous les avantages, vous allez donc me dire maintenant que vous avez toutes les excuses du monde pour déclarer forfait. C’est là que l’argument numéro 1 en notre faveur intervient : le pouvoir de la pensée!

Oui, la peur ne pense pas, elle est juste une réaction de notre cerveau à des situations inhabituelles pour nous préserver, mais nous, humains, avons le pouvoir de penser (du moins pour la plupart!)! Nous sommes donc en possession d’une arme puissante pour gagner cette bataille contre la peur, pour en faire notre amie, et la transformer en carburant pour notre succès! Alors, comment faire?

Voici des étapes simples pour surmonter n’importe quel peur (cependant n’essayez pas de les appliquer si un psychopathe vous court après, car dans ce cas votre peur est légitime). Premièrement, vous devez identifier cette peur. Si je prends l’exemple de parler en public, vous pensez peut-être que la simple peur de monter sur scène doit être affrontée, mais est-ce la vraie peur, ou plutôt celle d’être jugé, d’échouer, de ce que les autres pensent, etc.? Une fois la peur identifiée, cherchez la raison pour laquelle vous la ressentez. Plus vous analyserez votre peur, plus vous serez en mesure de l’apprivoiser et l’utiliser à votre avantage. Deux étapes, deux victoires. Peur 2- Humain 2

Le résultat final dépend de vous.

As easy as negativity/ Aussi simple que la négativité

Standard

negativity

 

EN- Negativity is easy, most of all in our everyday lives. Negativity can either be a bad mood, scepticism, anger, depression, hatred, jealousy, or more generally complaining, unsatisfaction, etc. I am not talking here about big tragedies that happen in one’s life, as it would be very normal to feel down or depressed after a tragedy, after all we are human beings with feelings and a beating heart, not robots. I am talking about general negativity one can express and carry day after day. You have all met negative people, sometimes being toxic, or you are one of them!

So let’s take 2 people with the very same profile. These 2 people get up early every morning from Monday to Friday, go to work in an office, leave at 5, and then go home. They both have a bunch of friends, not too many, they are single, go out on weekends. The only difference we’ll give them is their mindset. They have the exact same lifestyle, but one is a very negative person, the other a very positive one. The result of this difference? Well, one enjoys life and every moment of it, while the other does not. So who do you prefer to be around? Or who do you prefer to be?

Negativity can take many forms, it can either be the general “I don’t like this or that, my life sucks, everybody hates me, I am having the worst day”, or a temporary irritation, something that just does not go the way we want, a noisy neighbour, a week of rain, running and sweating to catch the bus, etc. I don’t know if you noticed, but once you are being annoyed by something, you seem to get in a spiral where everything and everyone around you conspire to make it worse! The good news is, the exact opposite happens when you have good feelings!

Think about it for a second. The way we perceive the world is not only biased by our general outlook on life, our previous experiences but also by our mood. Our emotions. When you are already sad, it is easy to focus on depressing things. When you are already happy, it is easy to focus on good things. Your mood starts to affect the way you interpret information, and it’s easy to focus on things that strengthen your current mood.

It may require some training to get in the positive mode, as the natural tendency is to get negative, and once you got the habit it is hard to change it! But give it a try; there is nothing to lose here. Once you identify a bad thought, a bad feeling, try to analyze it. Why do you get angry, annoyed, upset, etc.? Do you have a valid reason to? Take a deep breath and relax, do something you like, that makes you happy to reverse the process. And smile, your life is not as bad as you think it is. And it is your life anyway, I bet you prefer living it seeing the brighter side rather than spending your time complaining about it…

————–

FR- Être négatif est aisé, et surtout dans notre vie quotidienne. La négativité peut être la mauvaise humeur, le scepticisme, la colère, la dépression, la haine, la jalousie, ou plus généralement le fait de se plaindre, l’insatisfaction, etc. Je ne parle pas ici des grandes tragédies qui peuvent arriver dans une vie, car il est très normal d’être déprimé après une tragédie, après tout nous sommes des êtres humains avec des sentiments et un cœur qui bat, pas des robots. Je parle de la négativité générale qu’on peut exprimer et porter jour après jour. Vous avez tous rencontré des gens négatifs, parfois même toxiques, ou vous en faites partie!

Prenons 2 personnes avec le même profil. Ces 2 personnes se lèvent tôt le matin du lundi au vendredi, travaillent dans un bureau, quittent à 5H et rentrent chez elles. Elles ont toutes 2 quelques amis, mais pas trop, célibataires, sortent le weekend. La seule différence que nous leur donnerons est leur état d’esprit. Elles ont exactement le même style de vie, mais l’une est très négative et l’autre positive. Le résultat de cette différence? Et bien, une de ces personnes profite de la vie et de chacun de ses moments, alors que l’autre non. Alors avec qui préféreriez-vous passer du temps? Ou qui voudriez-vous être?

La négativité peut prendre de nombreuses formes. Elle peut être le fameux «Je n’aime pas ceci ou cela, ma vie craint, tout le monde me déteste, je passe la pire journée», ou une irritation temporaire, quelque chose qui ne va pas dans votre sens, un voisin bruyant, une semaine de pluie, courir et suer pour attraper le bus, etc. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais une fois que quelque chose vous irrite, vous avez l’impression d’entrer dans une spirale où tout et tout le monde conspire pour faire empirer les choses! La bonne nouvelle est que le contraire arrive lorsque vous avez de bonnes émotions.

Pensez à ceci pendant un instant. La manière dont nous percevons le monde est non seulement biaisée par notre perspective générale sur la vie, nos expériences passées, mais aussi par notre humeur, nos émotions. En étant déjà triste, il est facile de se concentrer sur des choses déprimantes. En étant déjà heureux, il est facile de se concentrer sur de bonnes choses. Votre humeur affecte la manière dont vous interprétez l’information, et il est donc facile d’expérimenter sur des choses qui renforcent cette humeur.

Cela demande un peu d’entrainement pour passer en mode positif, car la tendance naturelle est d’être négatif, et une fois que vous en avez l’habitude il est dur de changer! Mais essayez, il n’y a rien à perdre. Une fois que vous identifiez une pensée dérangeante, un sentiment négatif, essayez de l’analyser. Pourquoi cette colère, ce ressentiment, etc.? Avez-vous une raison valable d’être dans cet état? Prenez une grande respiration et détendez-vous, faites quelque chose que vous aimez, qui vous met en joie pour inverser la tendance. Et souriez, votre vie n’est pas si terrible que vous le pensez. Et d’ailleurs c’est votre vie, alors je parie que vous préférez la vivre en y voyant le bon côté plutôt qu’en passant votre temps à vous en plaindre…