Fear, our best enemy / La peur, notre meilleur ennemi

Standard

EN: Fear. If someone tells you «I am not afraid of anything», please don’t believe it. Or you may, but only if this person lives in a cave and never gets out of there. We all experience fear, no matter how strong we are, how loved, how built, etc. And we are never getting rid of it, so we’d better make peace with it, and use it as a fuel instead of letting it talk us out of our plans and ideas for a greater life.

Let’s say you have a brilliant idea that may help you improve your life. You get excited about it, you want to implement it straight away, you are proud of it, until someone tells you it will not work. What happens next? Well, first of all you are obviously not that excited anymore, and then questions come: «what if I fail? What if my friend is right? What if everybody else thinks the same?». Yes, fear knocks on your mind’s door. It doesn’t wait for you to open, it is at home so it settles. And the expected result happens, the fear of what could happen make nothing happen. Fear 1 – Human 0

Then, neuroscience says that the human mind is programmed to focus on and retain negative thoughts rather than positive ones. Why is that? Apparently, we inherited it from our prehistorical ancestors who constantly had to fight against death, predators and a hostile environment, as coming back alive from hunting was something to celebrate. They were conditioned for the worst to happen to them. They sure couldn’t imagine we would still suffer from the aftereffects! In other words, we are programmed to think about what could go wrong, instead of what could go right. Fear 2- Human 0

It seems the fear gets all the advantages, so you are going to tell me that you now have all the excuses of the world to withdraw from the game. That’s when the number one argument in our favour comes up: the power of thought!

Yes, fear doesn’t think, it is just a reaction from our brain to unusual situations to keep us safe, but we do have the power to think (most of us anyway!)! So we are in possession of a truly powerful weapon to win this battle against fear, to make friend with it, and turn it into fuel for our success! How to do it?

Here are simple steps to overcome any fear (obviously don’t try to apply them when you are run after by a slasher, as your fear is legit). First, you need to identify the fear. If I take the example of speaking in public, you may think the simple fear of going on stage needs to be faced, but is it the real fear, or is it more the fear of being judged, to fail, of what others think, etc.? Once the fear is identified, find why you are experiencing it. The more you will analyze your fear, the more you will be able to domesticate it and use it in your favour. Two steps, two victories. Fear 2- Human 2

The final result is up to you.

——

FR: La peur. Si quelqu’un vous dit «je n’ai peur de rien», s’il vous plait ne le croyez pas. Ou si, vous pouvez, mais seulement si cette personne vit dans une grotte et n’en sort jamais. Nous ressentons tous la peur, aussi forts, aimés, construits, etc. soyons-nous. Et nous ne nous en débarrasserons jamais, alors nous ferions mieux de faire la paix avec, et de l’utiliser comme carburant au lieu de la laisser nous convaincre d’abandonner nos plans et idées pour une plus grande vie.

Disons que vous avez une idée brillante pouvant vous permettre d’améliorer votre vie. Vous êtes enthousiaste, vous voulez la mettre en action immédiatement, vous en êtes fier ; jusqu’à ce que quelqu’un vienne vous dire que cela ne fonctionnera pas. Que se passe-t-il ensuite? Et bien premièrement vous n’êtes évidemment plus du tout enthousiaste, puis viennent les questions : «et si j’échoue? Et si mon ami avait raison? Et si tout le monde pensait la même chose?». Oui, la peur frappe à la porte de votre esprit. Elle n’attend pas que vous ouvriez, elle est à la maison alors elle s’installe. Et les résultats escomptés arrivent, la peur de ce qu’il pourrait se passer fait que rien ne se passe. Peur 1 – Humain 0

Puis, la neuroscience (étude du cerveau) stipule que le cerveau humain est programmé pour se concentrer sur et retenir les pensées négatives plutôt que les positives. Pourquoi cela? Apparemment, nous avons hérité cela de nos ancêtres préhistoriques qui devaient constamment lutter contre la mort, les prédateurs et un environnement hostile, et dont le retour en vie de la chasse était quelque chose à fêter. Ils étaient donc conditionnés pour que le pire leur arrive. Ils ne pouvaient sûrement pas imaginer que nous souffririons encore de ces séquelles! En d’autres termes, nous sommes programmés pour penser à ce qui pourrait tourner mal, plutôt qu’à ce qui pourrait bien tourner. Peur 2- Humain 0.

Il semble donc que la peur ait tous les avantages, vous allez donc me dire maintenant que vous avez toutes les excuses du monde pour déclarer forfait. C’est là que l’argument numéro 1 en notre faveur intervient : le pouvoir de la pensée!

Oui, la peur ne pense pas, elle est juste une réaction de notre cerveau à des situations inhabituelles pour nous préserver, mais nous, humains, avons le pouvoir de penser (du moins pour la plupart!)! Nous sommes donc en possession d’une arme puissante pour gagner cette bataille contre la peur, pour en faire notre amie, et la transformer en carburant pour notre succès! Alors, comment faire?

Voici des étapes simples pour surmonter n’importe quel peur (cependant n’essayez pas de les appliquer si un psychopathe vous court après, car dans ce cas votre peur est légitime). Premièrement, vous devez identifier cette peur. Si je prends l’exemple de parler en public, vous pensez peut-être que la simple peur de monter sur scène doit être affrontée, mais est-ce la vraie peur, ou plutôt celle d’être jugé, d’échouer, de ce que les autres pensent, etc.? Une fois la peur identifiée, cherchez la raison pour laquelle vous la ressentez. Plus vous analyserez votre peur, plus vous serez en mesure de l’apprivoiser et l’utiliser à votre avantage. Deux étapes, deux victoires. Peur 2- Humain 2

Le résultat final dépend de vous.

Be here now/ Ici et maintenant

Standard

beherenow

EN : I took the bus to go home today. That bus was stuck in traffic most of the time, and as the rain was pouring outside, and I began to observe people. Here is what I saw : 3 girls in the back were looking at their phones, the girl in front of me was doing the same, and she had been since I got in the bus 25 minutes before. As I turned my head towards the front of the bus I saw 4 people staring at their phones, 2 others at their tablets. The rest of them were talking, and a lady was reading a book.

In this observation of bus riders, tell me what the majority of them was doing. They were keeping their mind busy not to get lost in boredom, or maybe to prevent their imagination wander. Oh yes I took my phone out of my purse too, because seeing those people inspired me this blog post, and I could not wait to begin and write a few ideas. I am like them. And so are you.

We do have a problem, because even if we were all travelling alone, we may be doing the same with company. In fact, we all do. The phone is on the table waiting for the next notification, the next call or text from someone who is not with us right now. We forget to be here now, we forget to fully enjoy and feel the moment. And our phone reminds us that we still have an escape if we get bored. How did this happen? How did we get so distracted from the real world?

Let me tell you what we are missing : moments with loved ones we can never get back because we are too concentrated on the ones who are not there, connections with strangers who can become close ones, opportunities, things only our eyes can catch but not the inbuilt camera of our smartphones. We lost the power of imagination, the power to stop and think, the power to focus.

So, can you do me a favour? When you spend a moment with a friend, a sibling, please leave your phone in your pocket. Facebook can wait. If this call you are receiving is important the person will call back. When you are taking a walk, enjoy it. When you are at home, take a break from your phone for at least an hour to do the things you are procrastinating about, or just to think and focus on you and your goals and dreams. Get back to enjoying the moment, to focus on the present, and stay in touch with the real world. Life is too short not to enjoy every moment.

————————————————————————————————————-

FR : J’ai pris le bus pour rentrer aujourd’hui. Ce bus était bloqué dans les bouchons la plupart du temps et, alors qu’il pleuvait des cordes dehors, j’ai commencé à observer les gens. Voici ce que j’ai vu : au fond, 3 filles regardaient leur téléphone, celle en face de moi faisait la même chose, et ce depuis que j’étais montée dans le bus 25 minutes plus tôt. En tournant la tête vers l’avant du bus, j’ai vu 4 personnes plongées dans leurs téléphones, et 2 autres dans leurs tablettes. Les autres discutaient, et une femme lisait un livre.

Dites-moi ce que la majorité de ces gens faisait dans ce bus suite à ce jeu d’observation. Ils gardaient leur esprit occupé pour ne pas se perdre dans l’ennui, ou peut-être pour empêcher leur imagination de flâner. Oh oui, j’ai moi aussi sorti mon téléphone de mon sac, parce que voir ces gens m’a inspiré cette publication, et je ne pouvais pas attendre pour commencer à écrire quelques idées. Mais dans le fond, je suis comme eux. Et vous aussi.

Nous avons un problème, car même si nous étions en train de voyager seuls, il est possible que nous agissions de même accompagnés. En effet, nous le faisons tous. Le téléphone est sur la table attendant la prochaine notification, le prochain appel ou message de quelqu’un qui n’est pas avec nous à ce moment-là. Nous oublions d’être ici, maintenant. Nous oublions de profiter pleinement du moment. Et notre téléphone nous rappelle que nous avons tous une échappatoire si on commence à s’ennuyer. Comment cela est-il arrivé? Comment en sommes-nous arrivés au point de trouver des distractions nous éloignant du monde réel?

Laissez-moi vous dire ce que nous manquons : des moments avec des êtres chers qu’on ne pourra jamais revivre parce qu’on se concentre trop sur les absents, des connexions avec des étrangers qui peuvent devenir des proches, des opportunités, des choses que seuls nos yeux peuvent voir mais pas l’objectif de notre smartphone. Nous avons perdu le pouvoir de l’imagination, le pouvoir de se poser et de penser, le pouvoir de se concentrer.

Alors, pouvez-vous me faire une faveur? Quand vous passez un moment avec un ami ou un proche, laissez votre téléphone dans votre poche. Facebook peut attendre. Si cet appel est important, la personne rappellera. Lorsque vous faites une promenade, savourez-la. Lorsque vous êtes à la maison, coupez-vous de votre téléphone pendant au moins une heure pour faire les choses que vous remettez à demain, ou juste pour vous poser, faire le point sur vous-même et vos rêves. Réapprenez à profiter du moment, à vous concentrer sur le présent, et à rester en contact avec le monde réel. La vie est trop courte pour ne pas profiter de chaque instant.