Take a walk on the bright side / La vie du bon côté

Standard

20160808_160040

(English version) – I am back from a wonderful holiday in Cuba, where I got to chill, take the sun, visit the area I was staying in, snorkel,… Have you noticed how you stop thinking about your daily worries and the things you should do, have to do, don’t want to do when you are on holidays? That’s right, you put your mind on hold, just to fully enjoy your time out of the 9-5 vortex. It is what happened to me, but something made me think when I got back. As my mind was beginning to get filled with thoughts of ending holidays, I realized that the worries creeping in were nonsense, as I am still on holidays. So why on earth would the day-to-day concerns get me if I still can relax and enjoy my time off? Because I am back in the city where I go to work, where I spend most of my days and nights and, while I put things on hold when I was in Cuba, the reality of them all appeared to me when I came back. And yet, they were already there when I left, I only changed scenery, and it was enough for my brain to stop thinking about them.

We create worry, we create doubt. And we all take holidays as an excuse to stop worrying. But holidays are just a moment in our year, we spend most of our time working, paying bills, socializing, fighting with our boss, setting the alarm for the next morning,… We therefore spend most of our time waiting for our excuse to stop thinking about everyday life and our daily worries. We like to beat ourselves up, don’t we? I don’t want this, I want my whole life to feel like holidays, and you should do the same, but it takes a change of perception. In order to do so, you need a certain awareness of what is going on in your mind, an acknowledgement of the pointless thoughts about pointless matters you have, in order to enjoy your day and see the bright side of your life.

Here is a little exercise I constantly do and you can try too: when a certain worry, thought or feeling causes you discomfort, try to identify it. What are you thinking about? Why are you thinking about it? Get acquainted with your thought, and once you have fully identified it, address it. Is the matter concerning? What is the core concern? What solutions can you find? Is it something you can solve or is it out of your control?, etc. You may have real problems to solve, we all have, but be aware that most thoughts we feed are superficial, and the more we feed a thought regarding the least important subject, the more we will perceive it as an insurmountable problem. And by the simple process of analysing a thought, we can simply erase it if useless, as we realize there is no need to feed it.

There is no hard work in looking into our mind if we have discomforting thoughts, and the more we become aware of our thoughts and concerns, the more we get the ability to identify interferences with our peace of mind, the one we naturally find every time we escape our routines for holidays. So make your everyday your holiday, you don’t need to be away to enjoy the calm and quiet of your mind, don’t be scare to approach it and tame it.

——

(Version francaise)- Je suis de retour de vacances magnifiques à Cuba, où j’ai pu me relaxer, prendre le soleil, visiter la région dans laquelle j’étais, faire du snorkeling,… Avez-vous remarqué à quel point nous arrêtons de penser à nos soucis quotidiens et aux choses que nous devrions faire, devons faire, ou ne voulons pas faire lorsque nous sommes en vacances? C’est vrai, nous mettons notre esprit en stand-by, juste pour profiter pleinement du temps loin de la spirale métro, boulot, dodo. C’est ce qu’il m’est arrivé, mais quelque chose m’a fait réfléchir lorsque je suis rentrée. Alors que mon esprit commencait à se remplir de pensées de fin de vacances, j’ai réalisé que les soucis qui s’insinuaient n’avaient pas de sens, car je suis encore en vacances. Alors pourquoi diable les soucis du quotidien m’atteindraient si je peux encore me relaxer et profiter de mes congés? Parce que je suis de retour dans la ville où je vais au travail, où je passe la majorité des mes journées et nuits et, alors que j’avais laissé les choses en suspens lorsque j’étais à Cuba, leur réalité m’est apparue à mon retour. Et pourtant, elles étaient déjà là lorsque je suis partie, j’ai juste changé de décor, et cela a suffit à mon cerveau pour arrêter d’y penser.

Nous créons l’inquiétude, nous créons le doute. Et nous prenons tous les vacances comme excuse pour arrêter de cogiter. Mais les vacances sont juste un instant de notre année, nous passons la majorité de notre temps à travailler, payer nos factures, se socialiser, se disputer avec notre patron, programmer le réveil pour le lendemain, etc. Nous passons par conséquent la plupart de notre temps à attendre notre excuse pour arrêter de penser à notre vie et nos soucis quotidiens. On aime se faire du mal, n’est-ce pas? Je ne veux pas de cela, je veux que ma vie ressemble à des vacances, et vous devriez faire de même, mais cela implique un changement de perception. Pour ce faire, vous avez besoin d’une certaine conscience de ce qu’il se trame dans votre esprit, une prise de connaissance des pensées futiles que vous pouvez avoir concernant des sujets d’autant plus futiles, dans le but de profiter de votre journée et voir le bon côté des choses.

Voici un petit exercice que je fais constamment et que vous pouvez vous aussi essayer: lorsqu’un certain souci, une certaine pensée ou une certaine émotion vous cause une gêne, essayez de l’identifier. A quoi pensez-vous? Pourquoi y pensez-vous? Faites connaissance avec votre pensée et lorsque vous l’avez totalement identifiée, répondez-y. Le sujet est-il inquiétant? Quel est le problème central? Quelles solutions pouvez-vous trouver? Est-ce quelque chose que vous pouvez résoudre ou hors de votre contrôle?, etc. Vous avez certainement de réels problèmes à résoudre, nous en avons tous, mais soyez conscients que la majorité des pensées que nous nourrissons sont superficielles, et plus nous nourrissons une pensée concernant le sujet le plus insignifiant, plus nous allons le percevoir comme un problème insurmontable. Et, par le simple processus d’analyse d’une pensée, nous pouvons simplement l’effacer si elle est inutile, car nous réalisons qu’il n’y a aucune raison de l’entretenir.

Examiner notre esprit si nous avons des pensées déconcertantes n’est pas un travail fastidieux, et plus nous prenons conscience de nos pensées et soucis, plus nous acquérons la capacité d’identifier les interférences avec notre tranquilité d’esprit, celle que nous trouvons naturellement chaque fois que nous nous échappons de nos routines pour les vacances. Alors faites de votre quotidien vos vacances, vous n’avez pas besoin d’être loin pour profiter du calme et du silence de votre esprit, n’ayez pas peur de l’approcher et de l’apprivoiser.

 

Advertisements

Welcome home expat!/ Bienvenue à la maison expat!

Standard

expat

EN: You remember the movie Benjamin Button, after a long time away from home, he comes back to the house he had lived in forever and says to himself: “It’s a funny thing about comin’ home. Looks the same, smells the same, feels the same. You’ll realize what’s changed is you”. Well, you can call me Benjamin Button today, as I am back to my hometown for the holidays.

We were all born somewhere, raised in a town, a region, a country and spent many years there. We went to school there, made lifetime friends, spent time with our siblings, learnt a language, shared the same culture with others, but some of us are now expats, we made the choice to leave. The choice happened for various reasons: to answer questions, to get a better job, to leave something or someone behind, to fill a blank, to feed the need for something more, to discover other languages/cultures, etc. Whatever the choice may have been made for, we have been gone for months, years, and we come back, once again for various reasons: vacation, the loss of a sibling, for good, etc.

Time has gone by in the place you chose to leave, but to you, everything seems the same as when you left. You know by heart the road from this spot to this other spot, the friends you used to hang out with answer “same old” when you ask them “what’s up?”. People may have moved on, got a new job or a new house, kids, and they are happy with their lives, but you have travelled so far, have seen so many landscapes, cultures, people, shared so many memories with expats like you, you cannot help but to think that nothing has changed in the place that saw you live, that people stay stuck in the same routine. And, on the other hand, you are back to a place where every street corner, every smell, everything you see awakes the memory of times that you sometimes miss. When you look at the sky on a summer night, the stars look the same as you remember from you childhood when you counted them, lying on the grass. You feel at home straight away, you have walked these streets a thousand times, spent so many moments with these people, but is it really home?

It is always tricky to go back “home” when you left to find the place you want to spend the rest of your life, when you moved to a country you like and built a life there. I am always filled with mixed feelings, sometimes overwhelming, when I travel back to see my family: the feeling that I belong, that I never left, that nothing has changed but me, that it is reassuring to be surrounded by people who know the old me. Did I make the right choice when sacrifying all these moments I could spend with them, just to live the life I want for myself? And in the end, I know I did. We do not live for others, and, if like me you are an expat, you now know how to appreciate the moments spent with siblings, that they may be the last, and that every second is a diamond. You learnt to live in the present time, to enjoy every minute, and to cherish the people who surround you. And, when you feel blue checking-in for the flight that will bring you back to the place you now call “home”, you know deep down that you made the right choice to live for yourself, and if things do not go the way you want them to, there will always be a place where you belong that will always welcome you with arms wide open.

———————————————————————————————————–

FR: Vous vous souvenez du film Benjamin Button, après un long moment loin de chez lui, il revient dans la maison oú il a vécu toute sa vie et se dit : “C’est quelque chose de revenir chez soi. C’est le même cadre, la même odeur. La seule chose qui ait changé, c’est vous.” Et bien, vous pouvez m’appeler Benjamin Button, je suis de retour dans ma ville de naissance pour les vacances.

Nous sommes tous nés quelque part, avons été élevés dans une ville, une région, un pays oú nous avons passé de nombreuses années. Nous y avons été instruits, y avons créé des amitiés de longue date, passé du temps avec nos proches, appris une langue, partagé une culture, mais certains d’entre nous sommes maintenant des expats, nous avons choisi de partir. Le choix s’est fait pour diverses raisons: répondre à des questions, trouver un meilleur emploi, quitter quelque chose ou quelqu’un, remplir un vide, nourrir le besoin d’autre chose, découvrir d’autres langues/cultures, etc. Peu importe le pourquoi de ce choix, nous sommes partis depuis des mois, des années. Et nous revenons, une fois de plus, pour diverses raisons: des vacances, la perte d’un proche, pour de bon, etc.

Le temps a passé dans cet endroit que vous avez choisi de quitter, mais pour vous, tout semble pareil que lors de votre départ. Vous connaissez par coeur la route de ce point A à ce point B, les amis que vous fréquentiez répondent “la routine” à la question “quoi de neuf?”. Les gens ont avancé, peut-être eu un nouveau travail ou une nouvelle maison, des enfants, et ils sont heureux dans leur vie, mais vous avez voyagé si loin, avez vu tant de paysages, de cultures, de gens, partagé tant de souvenirs avec d’autres expats, vous ne pouvez vous empêcher de penser que rien n’a changé dans cet endroit qui vous a vu vivre, que les gens sont bloqués dans leur routine. Et, en parallèle, vous êtes de retour dans un endroit oú chaque coin de rue, chaque odeur, chaque chose que vous voyez réveille le souvenir d’un temps qui vous manque parfois. Quand vous regardez le ciel une nuit d’été, les étoiles sont les mêmes que dans vos souvenirs d’enfance lorsque vous les comptiez, allongés dans l’herbe. Vous vous sentez instantanément à la maison, vous avez marché un millier de fois dans ces rues, passé tant de moments avec ces gens, mais est-ce vraiment la maison?

C’est toujours délicat de revenir à “la maison” quand on est parti pour trouver l’endroit oú passer le reste de notre vie, quand on s’est installé dans un pays qu’on aime et qui accueille la vie que l’on a construite. Je suis toujours remplie de sentiments contradictoires, parfois trop puissants, lorsque je reviens voir ma famille: le sentiment que ma place est ici, que je ne suis jamais partie, que rien n’a changé sauf moi, qu’il est rassurant d’être entourée de gens qui connaissent celle que j’étais. Ai-je fait le bon choix en sacrifiant tous ces moments que j’aurais pu passer avec eux, juste pour vivre la vie à laquelle j’aspire? Et au final, je sais que ce choix était le bon. On ne vit pas pour les autres, et si vous êtes expats comme moi, vous savez maintenant apprécier les moments passés avec des proches, qu’ils peuvent être les derniers, et que chaque seconde est un diamant. Vous avez appris à vivre au moment présent, à profiter de chaque seconde, et à chérir les gens autour de vous. Et, quand vous êtes un peu tristes en embarquant dans cet avion qui va vous ramener à l’endroit que vous appelez dorénavant “la maison”, vous savez au fond que vous avez fait le bon choix, et que si les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez, il y aura toujours un endroit auquel vous appartenez et qui vous accueillera toujours avec les bras ouverts en grand.