Fear, our best enemy / La peur, notre meilleur ennemi

Standard

EN: Fear. If someone tells you «I am not afraid of anything», please don’t believe it. Or you may, but only if this person lives in a cave and never gets out of there. We all experience fear, no matter how strong we are, how loved, how built, etc. And we are never getting rid of it, so we’d better make peace with it, and use it as a fuel instead of letting it talk us out of our plans and ideas for a greater life.

Let’s say you have a brilliant idea that may help you improve your life. You get excited about it, you want to implement it straight away, you are proud of it, until someone tells you it will not work. What happens next? Well, first of all you are obviously not that excited anymore, and then questions come: «what if I fail? What if my friend is right? What if everybody else thinks the same?». Yes, fear knocks on your mind’s door. It doesn’t wait for you to open, it is at home so it settles. And the expected result happens, the fear of what could happen make nothing happen. Fear 1 – Human 0

Then, neuroscience says that the human mind is programmed to focus on and retain negative thoughts rather than positive ones. Why is that? Apparently, we inherited it from our prehistorical ancestors who constantly had to fight against death, predators and a hostile environment, as coming back alive from hunting was something to celebrate. They were conditioned for the worst to happen to them. They sure couldn’t imagine we would still suffer from the aftereffects! In other words, we are programmed to think about what could go wrong, instead of what could go right. Fear 2- Human 0

It seems the fear gets all the advantages, so you are going to tell me that you now have all the excuses of the world to withdraw from the game. That’s when the number one argument in our favour comes up: the power of thought!

Yes, fear doesn’t think, it is just a reaction from our brain to unusual situations to keep us safe, but we do have the power to think (most of us anyway!)! So we are in possession of a truly powerful weapon to win this battle against fear, to make friend with it, and turn it into fuel for our success! How to do it?

Here are simple steps to overcome any fear (obviously don’t try to apply them when you are run after by a slasher, as your fear is legit). First, you need to identify the fear. If I take the example of speaking in public, you may think the simple fear of going on stage needs to be faced, but is it the real fear, or is it more the fear of being judged, to fail, of what others think, etc.? Once the fear is identified, find why you are experiencing it. The more you will analyze your fear, the more you will be able to domesticate it and use it in your favour. Two steps, two victories. Fear 2- Human 2

The final result is up to you.

——

FR: La peur. Si quelqu’un vous dit «je n’ai peur de rien», s’il vous plait ne le croyez pas. Ou si, vous pouvez, mais seulement si cette personne vit dans une grotte et n’en sort jamais. Nous ressentons tous la peur, aussi forts, aimés, construits, etc. soyons-nous. Et nous ne nous en débarrasserons jamais, alors nous ferions mieux de faire la paix avec, et de l’utiliser comme carburant au lieu de la laisser nous convaincre d’abandonner nos plans et idées pour une plus grande vie.

Disons que vous avez une idée brillante pouvant vous permettre d’améliorer votre vie. Vous êtes enthousiaste, vous voulez la mettre en action immédiatement, vous en êtes fier ; jusqu’à ce que quelqu’un vienne vous dire que cela ne fonctionnera pas. Que se passe-t-il ensuite? Et bien premièrement vous n’êtes évidemment plus du tout enthousiaste, puis viennent les questions : «et si j’échoue? Et si mon ami avait raison? Et si tout le monde pensait la même chose?». Oui, la peur frappe à la porte de votre esprit. Elle n’attend pas que vous ouvriez, elle est à la maison alors elle s’installe. Et les résultats escomptés arrivent, la peur de ce qu’il pourrait se passer fait que rien ne se passe. Peur 1 – Humain 0

Puis, la neuroscience (étude du cerveau) stipule que le cerveau humain est programmé pour se concentrer sur et retenir les pensées négatives plutôt que les positives. Pourquoi cela? Apparemment, nous avons hérité cela de nos ancêtres préhistoriques qui devaient constamment lutter contre la mort, les prédateurs et un environnement hostile, et dont le retour en vie de la chasse était quelque chose à fêter. Ils étaient donc conditionnés pour que le pire leur arrive. Ils ne pouvaient sûrement pas imaginer que nous souffririons encore de ces séquelles! En d’autres termes, nous sommes programmés pour penser à ce qui pourrait tourner mal, plutôt qu’à ce qui pourrait bien tourner. Peur 2- Humain 0.

Il semble donc que la peur ait tous les avantages, vous allez donc me dire maintenant que vous avez toutes les excuses du monde pour déclarer forfait. C’est là que l’argument numéro 1 en notre faveur intervient : le pouvoir de la pensée!

Oui, la peur ne pense pas, elle est juste une réaction de notre cerveau à des situations inhabituelles pour nous préserver, mais nous, humains, avons le pouvoir de penser (du moins pour la plupart!)! Nous sommes donc en possession d’une arme puissante pour gagner cette bataille contre la peur, pour en faire notre amie, et la transformer en carburant pour notre succès! Alors, comment faire?

Voici des étapes simples pour surmonter n’importe quel peur (cependant n’essayez pas de les appliquer si un psychopathe vous court après, car dans ce cas votre peur est légitime). Premièrement, vous devez identifier cette peur. Si je prends l’exemple de parler en public, vous pensez peut-être que la simple peur de monter sur scène doit être affrontée, mais est-ce la vraie peur, ou plutôt celle d’être jugé, d’échouer, de ce que les autres pensent, etc.? Une fois la peur identifiée, cherchez la raison pour laquelle vous la ressentez. Plus vous analyserez votre peur, plus vous serez en mesure de l’apprivoiser et l’utiliser à votre avantage. Deux étapes, deux victoires. Peur 2- Humain 2

Le résultat final dépend de vous.

Take a walk on the bright side / La vie du bon côté

Standard

20160808_160040

(English version) – I am back from a wonderful holiday in Cuba, where I got to chill, take the sun, visit the area I was staying in, snorkel,… Have you noticed how you stop thinking about your daily worries and the things you should do, have to do, don’t want to do when you are on holidays? That’s right, you put your mind on hold, just to fully enjoy your time out of the 9-5 vortex. It is what happened to me, but something made me think when I got back. As my mind was beginning to get filled with thoughts of ending holidays, I realized that the worries creeping in were nonsense, as I am still on holidays. So why on earth would the day-to-day concerns get me if I still can relax and enjoy my time off? Because I am back in the city where I go to work, where I spend most of my days and nights and, while I put things on hold when I was in Cuba, the reality of them all appeared to me when I came back. And yet, they were already there when I left, I only changed scenery, and it was enough for my brain to stop thinking about them.

We create worry, we create doubt. And we all take holidays as an excuse to stop worrying. But holidays are just a moment in our year, we spend most of our time working, paying bills, socializing, fighting with our boss, setting the alarm for the next morning,… We therefore spend most of our time waiting for our excuse to stop thinking about everyday life and our daily worries. We like to beat ourselves up, don’t we? I don’t want this, I want my whole life to feel like holidays, and you should do the same, but it takes a change of perception. In order to do so, you need a certain awareness of what is going on in your mind, an acknowledgement of the pointless thoughts about pointless matters you have, in order to enjoy your day and see the bright side of your life.

Here is a little exercise I constantly do and you can try too: when a certain worry, thought or feeling causes you discomfort, try to identify it. What are you thinking about? Why are you thinking about it? Get acquainted with your thought, and once you have fully identified it, address it. Is the matter concerning? What is the core concern? What solutions can you find? Is it something you can solve or is it out of your control?, etc. You may have real problems to solve, we all have, but be aware that most thoughts we feed are superficial, and the more we feed a thought regarding the least important subject, the more we will perceive it as an insurmountable problem. And by the simple process of analysing a thought, we can simply erase it if useless, as we realize there is no need to feed it.

There is no hard work in looking into our mind if we have discomforting thoughts, and the more we become aware of our thoughts and concerns, the more we get the ability to identify interferences with our peace of mind, the one we naturally find every time we escape our routines for holidays. So make your everyday your holiday, you don’t need to be away to enjoy the calm and quiet of your mind, don’t be scare to approach it and tame it.

——

(Version francaise)- Je suis de retour de vacances magnifiques à Cuba, où j’ai pu me relaxer, prendre le soleil, visiter la région dans laquelle j’étais, faire du snorkeling,… Avez-vous remarqué à quel point nous arrêtons de penser à nos soucis quotidiens et aux choses que nous devrions faire, devons faire, ou ne voulons pas faire lorsque nous sommes en vacances? C’est vrai, nous mettons notre esprit en stand-by, juste pour profiter pleinement du temps loin de la spirale métro, boulot, dodo. C’est ce qu’il m’est arrivé, mais quelque chose m’a fait réfléchir lorsque je suis rentrée. Alors que mon esprit commencait à se remplir de pensées de fin de vacances, j’ai réalisé que les soucis qui s’insinuaient n’avaient pas de sens, car je suis encore en vacances. Alors pourquoi diable les soucis du quotidien m’atteindraient si je peux encore me relaxer et profiter de mes congés? Parce que je suis de retour dans la ville où je vais au travail, où je passe la majorité des mes journées et nuits et, alors que j’avais laissé les choses en suspens lorsque j’étais à Cuba, leur réalité m’est apparue à mon retour. Et pourtant, elles étaient déjà là lorsque je suis partie, j’ai juste changé de décor, et cela a suffit à mon cerveau pour arrêter d’y penser.

Nous créons l’inquiétude, nous créons le doute. Et nous prenons tous les vacances comme excuse pour arrêter de cogiter. Mais les vacances sont juste un instant de notre année, nous passons la majorité de notre temps à travailler, payer nos factures, se socialiser, se disputer avec notre patron, programmer le réveil pour le lendemain, etc. Nous passons par conséquent la plupart de notre temps à attendre notre excuse pour arrêter de penser à notre vie et nos soucis quotidiens. On aime se faire du mal, n’est-ce pas? Je ne veux pas de cela, je veux que ma vie ressemble à des vacances, et vous devriez faire de même, mais cela implique un changement de perception. Pour ce faire, vous avez besoin d’une certaine conscience de ce qu’il se trame dans votre esprit, une prise de connaissance des pensées futiles que vous pouvez avoir concernant des sujets d’autant plus futiles, dans le but de profiter de votre journée et voir le bon côté des choses.

Voici un petit exercice que je fais constamment et que vous pouvez vous aussi essayer: lorsqu’un certain souci, une certaine pensée ou une certaine émotion vous cause une gêne, essayez de l’identifier. A quoi pensez-vous? Pourquoi y pensez-vous? Faites connaissance avec votre pensée et lorsque vous l’avez totalement identifiée, répondez-y. Le sujet est-il inquiétant? Quel est le problème central? Quelles solutions pouvez-vous trouver? Est-ce quelque chose que vous pouvez résoudre ou hors de votre contrôle?, etc. Vous avez certainement de réels problèmes à résoudre, nous en avons tous, mais soyez conscients que la majorité des pensées que nous nourrissons sont superficielles, et plus nous nourrissons une pensée concernant le sujet le plus insignifiant, plus nous allons le percevoir comme un problème insurmontable. Et, par le simple processus d’analyse d’une pensée, nous pouvons simplement l’effacer si elle est inutile, car nous réalisons qu’il n’y a aucune raison de l’entretenir.

Examiner notre esprit si nous avons des pensées déconcertantes n’est pas un travail fastidieux, et plus nous prenons conscience de nos pensées et soucis, plus nous acquérons la capacité d’identifier les interférences avec notre tranquilité d’esprit, celle que nous trouvons naturellement chaque fois que nous nous échappons de nos routines pour les vacances. Alors faites de votre quotidien vos vacances, vous n’avez pas besoin d’être loin pour profiter du calme et du silence de votre esprit, n’ayez pas peur de l’approcher et de l’apprivoiser.

 

Different but all the same / Différents mais tous semblables

Standard

thV7CL0IG4

 

EN: These are my words, but they could be yours, because we are all the same. I am not here to debate on human rights or politics or to prone world peace. I just want to share thoughts on who you and I are, as individuals. Different but all the same.

I opened my eyes in an unknown world, and was raised by parents who taught me their values, their principles with all their love. I went to school where I learnt to write, read, count, socialize and decide what I wanted to do in my life. I got an education, a legacy. I did studies, decided I wanted to be a nurse, then an egyptologist, then a FBI agent, then a French teacher abroad. I thought I had to choose a career where I would spend all my life, I learnt that I could change my mind and be scared about the future. I got lost in my thoughts, I fought with my parents. I fell in love and cried my eyes out listening to romantic songs when a boy first broke my heart. I experienced feelings for the first time, for the second time, I then became familiar with them. I saw people leave and never come back, I mourned for the ones who just walked away and the ones who died. I got rejected, I got accepted. I made mistakes and had successes.

I have flaws, I have qualities. I have judged people and they have judged me, often by jealousy or competition. I sometimes get angry, but I have come to realize it is more at me rather than at others. I get upset, I get negative, I get jealous, I have doubts, losses of self-confidence. Some days I feel pretty, others I feel like staying in bed. I have dreams, I have hopes, I have things to say and songs to sing. I get admired, I get belittle. I swear, I shout, I get mad. Some people hate me, others love me. I wake up every morning, go to bed every night.

We may not be born in the same country, we may not have been raised the same way. We may not have got the same education, the same values. We may not look the same, feel the same, see life the same way. But just like me you love, you hate, you smile, you laugh, you get mad, you cry. You saw people come, you saw people go. You have doubts, you have flaws. You got your heart broken, you broke some hearts too. You had experiences you will never forget, memories you will never erase. You have dreams you want to achieve, hopes to make them true. There are people you miss, people who love you, some who judge you.

You can say we are different, because we are not from the same world, color or social class. But in those moments when you cried over a lost love, you were reassured just thinking that someone else might be experiencing the same somewhere.

You are unique, because there is not a single person in this world with the same life as you have had, but be tolerant with the stranger you meet, or with this person who shows arrogance, hatred or jealousy. You do not know what they have been going through, and be sure that they sometimes cry too.

————

FR: Ceux-ci sont mes mots, mais ils pourraient être les vôtres, car nous sommes tous les mêmes. Je ne suis pas ici pour débattre sur les droits de l’homme ou la politique, ou pour prôner la paix dans le monde. Je souhaite juste partager une pensée sur qui vous et moi sommes, comme individus. Différents mais tous sembables.

J’ai ouvert les yeux dans un monde inconnu, et été élevée par des parents qui m’ont transmis leurs valeurs, leurs principes avec tout leur amour. Je suis allée à l’école où j’ai appris à lire, écrire, compter, me socialiser et décider de ce que je voulais faire dans la vie. J’ai eu une éducation, un héritage. J’ai fait des études, décidé que je voulais être infirmière, égyptologue, agent du FBI, puis prof de Français à l’étranger. Je pensais devoir choisir une carrière où j’aurais passé ma vie, j’ai appris que je pouvais changer d’avis et avoir peur de l’avenir. Je me suis perdue dans mes pensées, je me suis disputée avec mes parents. Je suis tombée amoureuse et ai pleuré toutes les larmes de mon corps en écoutant des chansons d’amour lorsqu’un garçon a brisé mon coeur pour la première fois. J’ai ressenti des émotions pour la première fois, pour la seconde fois, puis je suis devenue familière avec elles. J’ai vu des gens partir et ne jamais revenir, j’ai fait le deuil de ceux qui se sont juste éloignés et de ceux qui sont décédés. J’ai été rejetée, j’ai été acceptée. J’ai fait des erreurs et eu des succès.

J’ai des défauts, j’ai des qualités. J’ai jugé des gens et ils m’ont jugée, souvent par jalousie ou compétition. Je me mets parfois en colère, mais j’ai réussi à comprendre que c’est plus souvent contre moi que contre les autres. Je deviens contrariée, je deviens négative, je deviens jalouse, j’ai des doutes, des pertes de confiance en moi. Certains jours je me sens belle, d’autres j’ai envie de rester couchée. J’ai des rêves, des espoirs, des choses à dire et des chansons à chanter. On m’admire, on me rabaisse. Je jure, je crie, je deviens furieuse. Certains m’aiment, d’autres me détestent. Je me lève tous les matins, vais me coucher tous les soirs.

Nous ne sommes peut-être pas nés dans le même pays, nous n’avons peut-être pas été élevés de la même manière. Nous n’avons peut-être pas eu la même éducation, les mêmes valeurs. Nous ne nous ressemblons peut-être pas physiquement, ne ressentons pas les mêmes choses, n’avons pas la même vision de la vie. Mais tout comme moi vous aimez, vous détestez, vous souriez, vous riez, vous devenez furieux, vous pleurez. Vous avez vu des gens venir, vous avez vu des gens partir. Vous avez des doutes, vous avez des défauts. On vous a brisé le coeur, vous en avez aussi brisés. Vous avez eu des expériences que vous n’oublierez jamais, des souvenirs que vous n’effacerez jamais. Vous avez des rêves, des espoirs qu’ils se réalisent. Des gens vous manquent, des gens vous aiment, d’autres vous jugent.

Vous pouvez dire que nous sommes différents, car nous ne sommes pas du même monde, de la même couleur ou classe sociale. Mais dans ces moments où vous pleuriez pour un amour perdu, vous étiez rassurés juste en pensant que quelqu’un quelque part vivait la même chose.

Vous êtes uniques, parce qu’il n’y a pas une seule personne dans ce monde ayant vécu la même vie, mais soyez tolérants avec l’étranger que vous rencontrez, ou avec cette personne qui montre de l’arrogance, de la haine ou de la jalousie. Vous ne savez pas ce qu’ils ont traversé, et soyez sûrs qu’eux aussi parfois pleurent.

 

This gut feeling/ Cette intense conviction

Standard

vp_gut_feeling_sign

EN: I am sure you have experienced, at least once in your life, the deep feeling that tells you “go for it, fight for it, it will work!”. Some say this feeling arises when your brain makes an instant connection between what’s happening in the present and a similar circumstance from your past, like a “déjà vu”. I guess it can work for a temporary feeling, but I am talking here about a lasting gut feeling, the one that stays. The one so strong that when it comes to making decisions, even when everybody around is telling you that it is not worth it, that you are losing your time, you cannot stop, because deep inside you know you will succeed. So, have you ever felt this one?

You can call it intuition, or faith, far from rationality and common sense, the ability to know things without consciously reasoning. Most people will choose to ignore this feeling and think with their brain, listen to the people around and let rationality and common sense win. You should think twice!

Why? Here is a little explanation of how our mind works. Since childhood, we all have been exposed to what other people think. Our parents gave us values, taught us what is right and what is wrong, mainly transmitting what their parents and the world around taught them before. We went to school, learnt what was in the books, that nothing comes without hard work, etc. All of that created beliefs, limitations, and sometimes false information about what is possible or not. When the gut feeling strikes, all these beliefs and limitations come into action. You naturally tend to listen to people around saying that it is useless, not worth it, that you should give up the idea. You may remember what you mother told you about a peculiar situation very similar to the one you are living, and you tend to think that after all, you will not succeed so you should give up now.

Most people will give up, because of the false beliefs they built throughout the year, because of so many people around telling them it is worthless. After all, if they are that many to say the same thing, then they must be right. I know it can be hard not to listen to the voice of rationality, of what you were taught is right. But stop for a moment and think about what will happen if you listen to your intuition:

  • No regrets! If things fall apart, at least you tried, you learnt, you grew and you are equipped for what comes next
  • Success! If it works, you know now that you did the right thing
  • Growth! You questioned common sense and what other people think, and you were right. You can think by yourself and make your own decisions. You now have a consciousness you could not be aware of before

I recently had a gut feeling, so strong that it lasted for months. And even my closest friends told me that I was a fool, that what I wanted and was sure of would never happen. You know what? Today the ones who used hard words now do not say a word at all, and the others who told me I did everything and should give up now tell me how admiring they are of my persistence. Because I held on to that feeling, it would not leave me. And even now, it is still around when things do not go my way.

You can choose to listen to your inner voice or the rational one, there are no bad decisions. But trust me, you should better listen to this gut feeling twice before to silent it.

————————————————————————————————————–

FR: Je suis sure que vous avez déjà ressenti, au moins une fois dans votre vie, ce sentiment qui vous dit “tu peux le faire, bats-toi pour cela, ça va marcher!”. Certains disent que ce sentiment arrive lorsque le cerveau établit une connexion entre ce qu’il se passe dans le présent et une situation similaire du passé, comme un sentiment de déjà vu. Je pense que cette définition peut être exacte pour un sentiment éphémère, mais je parle plus ici de cette sensation qui remonte du ventre et qui survit dans la durée, qui s’installe. Cette conviction si forte qu’au moment de prendre des décisions, même si tout le monde autour vous dit que ça n’en vaut pas la peine, que vous perdez votre temps, vous ne pouvez pas arrêter car au fond, vous savez que vous allez y arriver. Alors, vous l’avez déjà ressentie?

Vous pouvez l’appeler intuition, ou foi, loin de la rationalité et du bon sens, la capacité de savoir des choses sans raisonnement conscient. La plupart des gens choisiront d’ignorer ce sentiment et d’écouter leur raison, leur entourage pour laisser le bon sens et la conscience gagner. Vous feriez mieux d’y penser à deux fois!

Pourquoi? Voici une petite explication du fonctionnement de notre esprit. Depuis notre enfance, nous avons été exposés à ce que les autres pensent. Nos parents nous ont transmis des valeurs, nous ont appris ce qui est bien et ce qui est mal, nous transmettant majoritairement ce que leurs parents et le monde autour leur avaient enseigné avant. Nous sommes allés à l’école, avons appris ce qu’il y a dans les livres, que rien n’arrive sans dur labeur, etc. Tous ces éléments ont créé des croyances, des limitations, et parfois des informations erronées sur ce qui est possible ou pas. Lorsque ce sentiment qui prend aux tripes attaque, toutes ces croyances et limitations entrent en action. Vous avez naturellement cette tendance à écouter les gens autour disant que c’est inutile, que ça ne vaut pas la peine, que vous devriez abandonner l’idée. Vous vous rappelez ce que vous a dit votre mère lors d’une situation semblable à celle que vous vivez, et vous vous dites qu’après tout, vous devriez abandonner maintenant car vous n’y arriverez pas.

La plupart des gens abandonneront, à cause de ces fausses croyances qu’ils ont accumulées tout au long des années, à cause de tous ces gens autour qui persistent que ça n’en vaut pas la peine. Après tout, s’ils sont tant à dire la même chose, c’est qu’ils doivent avoir raison. Je sais que ne pas écouter la voix de la raison et de votre instruction est difficile. Mais arrêtez-vous un moment et pensez à ce qui arrivera si vous écoutez votre intuition:

  • Pas de regrets! Si tout s’écroule, au moins vous avez essayé, vous en sortez grandis et vous êtes équipés pour la suite
  • Succès! Si ça marche, alors vous savez que vous avez fait ce qu’il fallait.
  • Changement! Vous avez remis en question le bon sens et ce que les autres pensent, et vous aviez raison. Vous pouvez penser par vous-même et prendre vos propres décisions. Vous avez maintenant un niveau de conscience que vous ne pouviez soupçonner avant.

J’ai vécu cette intense conviction, si forte qu’elle ne m’a pas quittée pendant des mois. Les évènements étaient contre moi et même mes amis les plus proches me disaient que j’étais folle, que ce que je voulais et dont j’étais certaine n’arriverait jamais. Vous savez quoi? Aujourd’hui ceux qui sont allés jusqu’aux mots blessants ne disent maintenant plus rien, et ceux qui me disaient que j’avais tout fait et qu’il était temps de laisser tomber me disent qu’ils sont admiratifs de ma persévérance. Parce que je me suis accrochée à ce sentiment, il ne voulait pas me quitter. Et il est toujours là quand les choses ne vont pas dans mon sens.

Vous pouvez choisir d’écouter votre voix intérieure ou celle de la raison, il n’y a pas de mauvaises décisions. Mais croyez-moi, vous feriez bien d’écouter vos tripes une seconde fois avant de les faire taire.