Take a walk on the bright side / La vie du bon côté

Standard

20160808_160040

(English version) – I am back from a wonderful holiday in Cuba, where I got to chill, take the sun, visit the area I was staying in, snorkel,… Have you noticed how you stop thinking about your daily worries and the things you should do, have to do, don’t want to do when you are on holidays? That’s right, you put your mind on hold, just to fully enjoy your time out of the 9-5 vortex. It is what happened to me, but something made me think when I got back. As my mind was beginning to get filled with thoughts of ending holidays, I realized that the worries creeping in were nonsense, as I am still on holidays. So why on earth would the day-to-day concerns get me if I still can relax and enjoy my time off? Because I am back in the city where I go to work, where I spend most of my days and nights and, while I put things on hold when I was in Cuba, the reality of them all appeared to me when I came back. And yet, they were already there when I left, I only changed scenery, and it was enough for my brain to stop thinking about them.

We create worry, we create doubt. And we all take holidays as an excuse to stop worrying. But holidays are just a moment in our year, we spend most of our time working, paying bills, socializing, fighting with our boss, setting the alarm for the next morning,… We therefore spend most of our time waiting for our excuse to stop thinking about everyday life and our daily worries. We like to beat ourselves up, don’t we? I don’t want this, I want my whole life to feel like holidays, and you should do the same, but it takes a change of perception. In order to do so, you need a certain awareness of what is going on in your mind, an acknowledgement of the pointless thoughts about pointless matters you have, in order to enjoy your day and see the bright side of your life.

Here is a little exercise I constantly do and you can try too: when a certain worry, thought or feeling causes you discomfort, try to identify it. What are you thinking about? Why are you thinking about it? Get acquainted with your thought, and once you have fully identified it, address it. Is the matter concerning? What is the core concern? What solutions can you find? Is it something you can solve or is it out of your control?, etc. You may have real problems to solve, we all have, but be aware that most thoughts we feed are superficial, and the more we feed a thought regarding the least important subject, the more we will perceive it as an insurmountable problem. And by the simple process of analysing a thought, we can simply erase it if useless, as we realize there is no need to feed it.

There is no hard work in looking into our mind if we have discomforting thoughts, and the more we become aware of our thoughts and concerns, the more we get the ability to identify interferences with our peace of mind, the one we naturally find every time we escape our routines for holidays. So make your everyday your holiday, you don’t need to be away to enjoy the calm and quiet of your mind, don’t be scare to approach it and tame it.

——

(Version francaise)- Je suis de retour de vacances magnifiques à Cuba, où j’ai pu me relaxer, prendre le soleil, visiter la région dans laquelle j’étais, faire du snorkeling,… Avez-vous remarqué à quel point nous arrêtons de penser à nos soucis quotidiens et aux choses que nous devrions faire, devons faire, ou ne voulons pas faire lorsque nous sommes en vacances? C’est vrai, nous mettons notre esprit en stand-by, juste pour profiter pleinement du temps loin de la spirale métro, boulot, dodo. C’est ce qu’il m’est arrivé, mais quelque chose m’a fait réfléchir lorsque je suis rentrée. Alors que mon esprit commencait à se remplir de pensées de fin de vacances, j’ai réalisé que les soucis qui s’insinuaient n’avaient pas de sens, car je suis encore en vacances. Alors pourquoi diable les soucis du quotidien m’atteindraient si je peux encore me relaxer et profiter de mes congés? Parce que je suis de retour dans la ville où je vais au travail, où je passe la majorité des mes journées et nuits et, alors que j’avais laissé les choses en suspens lorsque j’étais à Cuba, leur réalité m’est apparue à mon retour. Et pourtant, elles étaient déjà là lorsque je suis partie, j’ai juste changé de décor, et cela a suffit à mon cerveau pour arrêter d’y penser.

Nous créons l’inquiétude, nous créons le doute. Et nous prenons tous les vacances comme excuse pour arrêter de cogiter. Mais les vacances sont juste un instant de notre année, nous passons la majorité de notre temps à travailler, payer nos factures, se socialiser, se disputer avec notre patron, programmer le réveil pour le lendemain, etc. Nous passons par conséquent la plupart de notre temps à attendre notre excuse pour arrêter de penser à notre vie et nos soucis quotidiens. On aime se faire du mal, n’est-ce pas? Je ne veux pas de cela, je veux que ma vie ressemble à des vacances, et vous devriez faire de même, mais cela implique un changement de perception. Pour ce faire, vous avez besoin d’une certaine conscience de ce qu’il se trame dans votre esprit, une prise de connaissance des pensées futiles que vous pouvez avoir concernant des sujets d’autant plus futiles, dans le but de profiter de votre journée et voir le bon côté des choses.

Voici un petit exercice que je fais constamment et que vous pouvez vous aussi essayer: lorsqu’un certain souci, une certaine pensée ou une certaine émotion vous cause une gêne, essayez de l’identifier. A quoi pensez-vous? Pourquoi y pensez-vous? Faites connaissance avec votre pensée et lorsque vous l’avez totalement identifiée, répondez-y. Le sujet est-il inquiétant? Quel est le problème central? Quelles solutions pouvez-vous trouver? Est-ce quelque chose que vous pouvez résoudre ou hors de votre contrôle?, etc. Vous avez certainement de réels problèmes à résoudre, nous en avons tous, mais soyez conscients que la majorité des pensées que nous nourrissons sont superficielles, et plus nous nourrissons une pensée concernant le sujet le plus insignifiant, plus nous allons le percevoir comme un problème insurmontable. Et, par le simple processus d’analyse d’une pensée, nous pouvons simplement l’effacer si elle est inutile, car nous réalisons qu’il n’y a aucune raison de l’entretenir.

Examiner notre esprit si nous avons des pensées déconcertantes n’est pas un travail fastidieux, et plus nous prenons conscience de nos pensées et soucis, plus nous acquérons la capacité d’identifier les interférences avec notre tranquilité d’esprit, celle que nous trouvons naturellement chaque fois que nous nous échappons de nos routines pour les vacances. Alors faites de votre quotidien vos vacances, vous n’avez pas besoin d’être loin pour profiter du calme et du silence de votre esprit, n’ayez pas peur de l’approcher et de l’apprivoiser.

 

Different but all the same / Différents mais tous semblables

Standard

thV7CL0IG4

 

EN: These are my words, but they could be yours, because we are all the same. I am not here to debate on human rights or politics or to prone world peace. I just want to share thoughts on who you and I are, as individuals. Different but all the same.

I opened my eyes in an unknown world, and was raised by parents who taught me their values, their principles with all their love. I went to school where I learnt to write, read, count, socialize and decide what I wanted to do in my life. I got an education, a legacy. I did studies, decided I wanted to be a nurse, then an egyptologist, then a FBI agent, then a French teacher abroad. I thought I had to choose a career where I would spend all my life, I learnt that I could change my mind and be scared about the future. I got lost in my thoughts, I fought with my parents. I fell in love and cried my eyes out listening to romantic songs when a boy first broke my heart. I experienced feelings for the first time, for the second time, I then became familiar with them. I saw people leave and never come back, I mourned for the ones who just walked away and the ones who died. I got rejected, I got accepted. I made mistakes and had successes.

I have flaws, I have qualities. I have judged people and they have judged me, often by jealousy or competition. I sometimes get angry, but I have come to realize it is more at me rather than at others. I get upset, I get negative, I get jealous, I have doubts, losses of self-confidence. Some days I feel pretty, others I feel like staying in bed. I have dreams, I have hopes, I have things to say and songs to sing. I get admired, I get belittle. I swear, I shout, I get mad. Some people hate me, others love me. I wake up every morning, go to bed every night.

We may not be born in the same country, we may not have been raised the same way. We may not have got the same education, the same values. We may not look the same, feel the same, see life the same way. But just like me you love, you hate, you smile, you laugh, you get mad, you cry. You saw people come, you saw people go. You have doubts, you have flaws. You got your heart broken, you broke some hearts too. You had experiences you will never forget, memories you will never erase. You have dreams you want to achieve, hopes to make them true. There are people you miss, people who love you, some who judge you.

You can say we are different, because we are not from the same world, color or social class. But in those moments when you cried over a lost love, you were reassured just thinking that someone else might be experiencing the same somewhere.

You are unique, because there is not a single person in this world with the same life as you have had, but be tolerant with the stranger you meet, or with this person who shows arrogance, hatred or jealousy. You do not know what they have been going through, and be sure that they sometimes cry too.

————

FR: Ceux-ci sont mes mots, mais ils pourraient être les vôtres, car nous sommes tous les mêmes. Je ne suis pas ici pour débattre sur les droits de l’homme ou la politique, ou pour prôner la paix dans le monde. Je souhaite juste partager une pensée sur qui vous et moi sommes, comme individus. Différents mais tous sembables.

J’ai ouvert les yeux dans un monde inconnu, et été élevée par des parents qui m’ont transmis leurs valeurs, leurs principes avec tout leur amour. Je suis allée à l’école où j’ai appris à lire, écrire, compter, me socialiser et décider de ce que je voulais faire dans la vie. J’ai eu une éducation, un héritage. J’ai fait des études, décidé que je voulais être infirmière, égyptologue, agent du FBI, puis prof de Français à l’étranger. Je pensais devoir choisir une carrière où j’aurais passé ma vie, j’ai appris que je pouvais changer d’avis et avoir peur de l’avenir. Je me suis perdue dans mes pensées, je me suis disputée avec mes parents. Je suis tombée amoureuse et ai pleuré toutes les larmes de mon corps en écoutant des chansons d’amour lorsqu’un garçon a brisé mon coeur pour la première fois. J’ai ressenti des émotions pour la première fois, pour la seconde fois, puis je suis devenue familière avec elles. J’ai vu des gens partir et ne jamais revenir, j’ai fait le deuil de ceux qui se sont juste éloignés et de ceux qui sont décédés. J’ai été rejetée, j’ai été acceptée. J’ai fait des erreurs et eu des succès.

J’ai des défauts, j’ai des qualités. J’ai jugé des gens et ils m’ont jugée, souvent par jalousie ou compétition. Je me mets parfois en colère, mais j’ai réussi à comprendre que c’est plus souvent contre moi que contre les autres. Je deviens contrariée, je deviens négative, je deviens jalouse, j’ai des doutes, des pertes de confiance en moi. Certains jours je me sens belle, d’autres j’ai envie de rester couchée. J’ai des rêves, des espoirs, des choses à dire et des chansons à chanter. On m’admire, on me rabaisse. Je jure, je crie, je deviens furieuse. Certains m’aiment, d’autres me détestent. Je me lève tous les matins, vais me coucher tous les soirs.

Nous ne sommes peut-être pas nés dans le même pays, nous n’avons peut-être pas été élevés de la même manière. Nous n’avons peut-être pas eu la même éducation, les mêmes valeurs. Nous ne nous ressemblons peut-être pas physiquement, ne ressentons pas les mêmes choses, n’avons pas la même vision de la vie. Mais tout comme moi vous aimez, vous détestez, vous souriez, vous riez, vous devenez furieux, vous pleurez. Vous avez vu des gens venir, vous avez vu des gens partir. Vous avez des doutes, vous avez des défauts. On vous a brisé le coeur, vous en avez aussi brisés. Vous avez eu des expériences que vous n’oublierez jamais, des souvenirs que vous n’effacerez jamais. Vous avez des rêves, des espoirs qu’ils se réalisent. Des gens vous manquent, des gens vous aiment, d’autres vous jugent.

Vous pouvez dire que nous sommes différents, car nous ne sommes pas du même monde, de la même couleur ou classe sociale. Mais dans ces moments où vous pleuriez pour un amour perdu, vous étiez rassurés juste en pensant que quelqu’un quelque part vivait la même chose.

Vous êtes uniques, parce qu’il n’y a pas une seule personne dans ce monde ayant vécu la même vie, mais soyez tolérants avec l’étranger que vous rencontrez, ou avec cette personne qui montre de l’arrogance, de la haine ou de la jalousie. Vous ne savez pas ce qu’ils ont traversé, et soyez sûrs qu’eux aussi parfois pleurent.

 

A story about perception/ Une histoire de perception

Standard

illusion-le-mur

EN- Oh, how blinded and stubborn we can be sometimes. They say it is all about perception. You see what you want to see, you hear what you want to hear, and you make it your reality and truth. Yes, we all do…

What really is perception? It is the recognition and interpretation of sensory stimuli based upon our memory. In other words, it is the way we interpret data around us, according to our education, values, past experiences, etc. Perception is personal, and you may not understand someone else’s perception.

It is not easy to walk in other’s shoes. So we use our own way to look at things to make deductions, interpret a situation, and most of the time we are wrong about what is really is, because we shape it with our own thinking.

I have no idea how you feel right now, but I create scenarios in my mind. And you do the same don’t you? Then, at some point misperceptions must be stopped, most of all in human relationships. Whether you have a misconceived feeling about a significant other, or you are trying to solve a tricky situation that is threatening you relationship, talk it out, say how you feel and listen.

You may be too proud to make the first step, too afraid to share what you have in your heart, etc. But whatever the reason for you to stay in your corner may be, think twice and don’t forget that selfishness never ruled the world, and you may regret one day, all the things you did not say when you had the chance.
———————————————————————————————————–

FR- Oh, comme nous pouvons être aveugles et bornés parfois! Il paraît que c’est à cause de notre perception. On voit ce que l’on veut voir, on entend ce que l’on veut entendre, et on en fait notre réalité.

Mais qu’est-ce que la perception? C’est la reconnaissance et l’interprétation de stimulis sensoriels basés sur notre mémoire. En d’autres mots, c’est la manière dont nous interprétons les informations autour de nous. La perception est personnelle, et on ne comprend pas toujours la perception des autres.

Ce n’est pas facile de se mettre à la place de quelqu’un d’autre. Alors on utilise notre propre manière de voir les choses pour faire des déductions et interpréter une situation, et la plupart du temps on se trompe sur ce qu’il se passe vraiment, parce qu’on le façonne avec notre raisonnement personnel.

Je n’ai aucune idée de ce que tu ressens en ce moment, mais je crée des scénarios dans mon esprit. Et tu fais la même chose non? Alors, à un moment donné les erreurs d’interprétation doivent être stoppées, d’autant plus dans les relations humaines. Que vous ayez un sentiment biaisé concernant une personne chère, ou que vous tentiez de résoudre une situation compliquée menaçant votre relation, parlez-en, dites ce que vous ressentez puis écoutez.

On peut avoir trop de fierté pour faire le premier pas, être trop apeuré pour dire ce que l’on a sur le cœur, etc. Peu importe la raison qui nous pousse à rester dans notre coin, pensons-y à deux fois et n’oublions pas que l’égoïsme n’a jamais dominé le monde, et qu’on peut un jour regretter les choses que nous n’avons pas dites lorsque nous avions la chance de pouvoir le faire…