Fear, our best enemy / La peur, notre meilleur ennemi

Standard

EN: Fear. If someone tells you «I am not afraid of anything», please don’t believe it. Or you may, but only if this person lives in a cave and never gets out of there. We all experience fear, no matter how strong we are, how loved, how built, etc. And we are never getting rid of it, so we’d better make peace with it, and use it as a fuel instead of letting it talk us out of our plans and ideas for a greater life.

Let’s say you have a brilliant idea that may help you improve your life. You get excited about it, you want to implement it straight away, you are proud of it, until someone tells you it will not work. What happens next? Well, first of all you are obviously not that excited anymore, and then questions come: «what if I fail? What if my friend is right? What if everybody else thinks the same?». Yes, fear knocks on your mind’s door. It doesn’t wait for you to open, it is at home so it settles. And the expected result happens, the fear of what could happen make nothing happen. Fear 1 – Human 0

Then, neuroscience says that the human mind is programmed to focus on and retain negative thoughts rather than positive ones. Why is that? Apparently, we inherited it from our prehistorical ancestors who constantly had to fight against death, predators and a hostile environment, as coming back alive from hunting was something to celebrate. They were conditioned for the worst to happen to them. They sure couldn’t imagine we would still suffer from the aftereffects! In other words, we are programmed to think about what could go wrong, instead of what could go right. Fear 2- Human 0

It seems the fear gets all the advantages, so you are going to tell me that you now have all the excuses of the world to withdraw from the game. That’s when the number one argument in our favour comes up: the power of thought!

Yes, fear doesn’t think, it is just a reaction from our brain to unusual situations to keep us safe, but we do have the power to think (most of us anyway!)! So we are in possession of a truly powerful weapon to win this battle against fear, to make friend with it, and turn it into fuel for our success! How to do it?

Here are simple steps to overcome any fear (obviously don’t try to apply them when you are run after by a slasher, as your fear is legit). First, you need to identify the fear. If I take the example of speaking in public, you may think the simple fear of going on stage needs to be faced, but is it the real fear, or is it more the fear of being judged, to fail, of what others think, etc.? Once the fear is identified, find why you are experiencing it. The more you will analyze your fear, the more you will be able to domesticate it and use it in your favour. Two steps, two victories. Fear 2- Human 2

The final result is up to you.

——

FR: La peur. Si quelqu’un vous dit «je n’ai peur de rien», s’il vous plait ne le croyez pas. Ou si, vous pouvez, mais seulement si cette personne vit dans une grotte et n’en sort jamais. Nous ressentons tous la peur, aussi forts, aimés, construits, etc. soyons-nous. Et nous ne nous en débarrasserons jamais, alors nous ferions mieux de faire la paix avec, et de l’utiliser comme carburant au lieu de la laisser nous convaincre d’abandonner nos plans et idées pour une plus grande vie.

Disons que vous avez une idée brillante pouvant vous permettre d’améliorer votre vie. Vous êtes enthousiaste, vous voulez la mettre en action immédiatement, vous en êtes fier ; jusqu’à ce que quelqu’un vienne vous dire que cela ne fonctionnera pas. Que se passe-t-il ensuite? Et bien premièrement vous n’êtes évidemment plus du tout enthousiaste, puis viennent les questions : «et si j’échoue? Et si mon ami avait raison? Et si tout le monde pensait la même chose?». Oui, la peur frappe à la porte de votre esprit. Elle n’attend pas que vous ouvriez, elle est à la maison alors elle s’installe. Et les résultats escomptés arrivent, la peur de ce qu’il pourrait se passer fait que rien ne se passe. Peur 1 – Humain 0

Puis, la neuroscience (étude du cerveau) stipule que le cerveau humain est programmé pour se concentrer sur et retenir les pensées négatives plutôt que les positives. Pourquoi cela? Apparemment, nous avons hérité cela de nos ancêtres préhistoriques qui devaient constamment lutter contre la mort, les prédateurs et un environnement hostile, et dont le retour en vie de la chasse était quelque chose à fêter. Ils étaient donc conditionnés pour que le pire leur arrive. Ils ne pouvaient sûrement pas imaginer que nous souffririons encore de ces séquelles! En d’autres termes, nous sommes programmés pour penser à ce qui pourrait tourner mal, plutôt qu’à ce qui pourrait bien tourner. Peur 2- Humain 0.

Il semble donc que la peur ait tous les avantages, vous allez donc me dire maintenant que vous avez toutes les excuses du monde pour déclarer forfait. C’est là que l’argument numéro 1 en notre faveur intervient : le pouvoir de la pensée!

Oui, la peur ne pense pas, elle est juste une réaction de notre cerveau à des situations inhabituelles pour nous préserver, mais nous, humains, avons le pouvoir de penser (du moins pour la plupart!)! Nous sommes donc en possession d’une arme puissante pour gagner cette bataille contre la peur, pour en faire notre amie, et la transformer en carburant pour notre succès! Alors, comment faire?

Voici des étapes simples pour surmonter n’importe quel peur (cependant n’essayez pas de les appliquer si un psychopathe vous court après, car dans ce cas votre peur est légitime). Premièrement, vous devez identifier cette peur. Si je prends l’exemple de parler en public, vous pensez peut-être que la simple peur de monter sur scène doit être affrontée, mais est-ce la vraie peur, ou plutôt celle d’être jugé, d’échouer, de ce que les autres pensent, etc.? Une fois la peur identifiée, cherchez la raison pour laquelle vous la ressentez. Plus vous analyserez votre peur, plus vous serez en mesure de l’apprivoiser et l’utiliser à votre avantage. Deux étapes, deux victoires. Peur 2- Humain 2

Le résultat final dépend de vous.

Are we just dreamers? / Sommes-nous juste des rêveurs?

Standard

Dreamer_01

 

EN: I believe I have not written a post since the New Year, so let me wish you a year full of love, laughter and of dreams coming true! Talking about dreams, something happened to me last week and I have to share it with you.

I have life dreams just like you do; and I think about them quite often. Last week, 2 of them bundled in one shiny package (nice metaphor eh?) appeared right in front of my eyes, the decision being mine to take whether to take action or not. Boom! I was on the edge to have life dreams come true, coming from a phone call, just like that when I was just going through my daily activities. What did I do? I had always envisioned that when I got the opportunity to live one of my dreams, I would make a victory dance and jump everywhere in joy and gratitude, but no, I panicked!! I already lived dreams, but they were not implying radical changes like for these ones, so the the transition went pretty well.

But this time, when I hung up I was overwhelmed, confused, lost, scared, and it stroke me. I am not different from the people who are scared to change their lives, as I totally freaked out. 2 of my dreams were offered to me, and I froze! So it got me thinking, are we just dreamers? Are we content only by having life dreams and once they are given to us we take a step back to stay right where we are? Do we satisfy ourselves with our current reality and dream only to dream but not live the dream?

The answer is that as we have not experienced the new yet, as we do not know how it feels to live this dream, we are scared. We tend to like our warm comfort zone, our habits. The difference between successful people and average people, is that successful people are not afraid to cross the terror barrier at the frontier of their comfort zone to see what is on the other side, when the majority do not dare to and just go back to where they feel safe and comfy, their everyday reality.

I know fear is a powerful emotion, hard to overcome and requiring bravery and strength to be defeated. There is a quote from Nelson Mandela that I like and which says «I learned that courage is not the absence of fear, but the triumph over it». It speaks for itself. If a wish you once made came knocking at your door, maybe implying a radical change of your current condition, and scaring the sh** out of you, what would you do?

I will let you guess what my decision is regarding mine, but let me tell you one thing. Nobody said it would be easy all the time, we are all afraid to make the wrong decisions, to regret them. But in the end, we only regret what we did not do right? So have faith, go and see what is on the other side of your fear, and trust your guts and intuition, as they are your best guidance to make the right decision.

 

———————————————————–

FR: Je crois que je n’ai pas écrit d’article depuis la nouvelle année, alors laissez-moi vous souhaiter une année pleine d’amour, de rire et de rêves devenant réalité! En parlant de rêves, il m’est arrivé quelque chose la semaine dernière, et je me dois de le partager avec vous.

J’ai des rêves de vie tout comme vous, et je pense souvent à ceux-ci. La semaine dernière, 2 d’entre-eux regroupés dans un papier cadeau brillant (jolie métaphore non?) sont apparus devant mes yeux, la décision me revenant d’agir ou non. Boum! J’étais sur le point de réaliser des rêves de vie, émanant d’un appel téléphonique, juste comme ça alors que je vaquais à mes occupations. Qu’ai-je fait? J’avais toujours pensé que lorsque j’aurais eu l’opportunité de vivre un de mes rêves, j’aurais entrepris une danse de la victoire et sauté partout de joie et de reconnaissance, mais non, j’ai paniqué!! J’ai déjà réalisé des rêves, mais ils n’impliquaient pas de changement radical comme pour ceux-ci, du coup la transition était plutôt aisée.

Mais en raccrochant cette fois, j’étais confuse, perdue, apeurée, submergée, et j’ai eu un flash. Je ne suis pas différente des gens qui ont peur de changer leur vie, car j’ai vraiment paniqué! 2 de mes rêves s’offraient à moi, et j’ai bloqué! Du coup je me suis demandé, sommes-nous juste des rêveurs? Sommes-nous satisfaits par le simple fait d’avoir des rêves de vie et une fois qu’on nous les donne, nous reculons pour pouvoir rester là où nous sommes? Se satisfait-on de notre réalité actuelle, en rêvant juste pour rêver mais pas pour vivre le rêve?

La réponse est que comme nous n’avons pas expérimenté la nouveauté, comme nous ne savons pas ce que vivre ce rêve fait ressentir, nous avons peur. Nous avons tendance à apprécier notre zone de confort, nos habitudes. La différence entre ceux qui réussissent et le commun des mortels est le fait que ceux qui réussissent n’ont pas peur de franchir cette barrière de terreur se trouvant à la frontière de leur zone de confort, pour voir ce qu’il se passe de l’autre côté, lorsque la majorité n’ose pas et retourne là où elle se sent bien et en sécurité, sa réalité quotidienne.

Je sais que la peur est une émotion puissante, dure à surmonter et requérant de la bravoure et de la force pour être vaincue. Il y a une citation de Nelson Mandela que j’aime beaucoup, elle dit: «J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre». Cette citation parle d’elle-même. Si un vœu que vous avez fait un jour venait frapper à votre porte, impliquant peut-être un changement radical de votre condition actuelle, et vous flanquant vraiment la trouille, que feriez-vous?

Je vais vous laisser deviner quelle est ma décision à propos du mien, mais laissez-moi vous dire une chose. Personne n’a dit que ce serait facile tout le temps, nous sommes tous effrayés de prendre les mauvaises décisions, de les regretter. Mais finalement, on ne regrette que ce qu’on a pas fait, n’est-ce pas? Alors ayez la foi, allez voir ce qui se cache de l’autre côté de votre peur, et faites confiance à votre conviction et votre intuition, elles sont le meilleur guide pour prendre la bonne décision.  

Why do we all practice self-sabotage? / Pourquoi pratiquons-nous tous l’auto-sabordage?

Standard

stop-self-sabotage-behaviour

 

EN: And what is self-sabotage anyway? Well, it includes all the actions (or non-actions) that interfere with our life goals. Procrastination is a good example actually, and if you read my article about procrastination you know what I am talking about. Other examples could be added, such as eating comfort food, watching TV for too long just because we think we deserve it after a long day, etc. We have such big dreams and plans for our future, why don’t we work on them then? Three words come into my mind when I think about it: fear, security and (self) doubt.

Fear, sweet fear that we all face in our everyday lives. Fear of success, fear of failure, fear of change, fear of the unknown, etc. Whatever our plan may be, fear can stop it all just by interfering with a mistake it will make us make, or leading us to a passive attitude. Yes, fear is a powerful feeling, and the best friend of pretexts and excuses. Pretexts no to do something, excuses for an obstacle not overcome. Fear can stop major breakthroughs and successes in one’s life. I know it is hard to face it, get rid of it, forget it and move one, it is also part of my everyday struggles, but the thing to remember is that you have nothing to lose. And yes you may fail, or win, and it scares you, but try! If you fail you will learn from your mistakes, if you win you will get the satisfaction of what you accomplished. But you keep sabotaging yourself, why?

Because of security. The security of your current life, current situation, current comfort zone. It feels warm and safe in there, you are not sure if what you want out of life is worth getting out of your comfort zone. You are scared to go out and get what you want. Security and fear are closely linked together. When we are close to get out of our comfort zone, an inside alarm system rings off, provoking panic inside, and if we pay attention to this feeling we will just go back to where we were, where we felt secure and comfy, instead of reaching out for what truly drives us. There is a famous quote from Joseph Campbell I like and that illustrates really well the concept of being afraid to exit our comfort zone: “The cave you fear to enter holds the treasure you seek”. Powerful right? All is said in this single quote that teaches us to go out there, chase our dreams, knock on doors and explore places to find what we are truly seeking in life.

But there is a last element that, in my opinion, plays an important role in our never-ending self-sabotage. It is doubt, and most of all self-doubt. Combined with the fear of failure, it leads to constant questioning, having constant thoughts about our worthiness. What if I fail? Do I really want to get there? Am I worth it? Do I deserve what I truly want? The thing is, we spend our time comparing ourselves to others, admiring successful people, wishing we had the strength to get where they are. And we question our abilities, tending to settle for what we have instead of going for what we want. You may know Esther Hicks (if not, look for Abraham Hicks on Google). During one of her seminars, answering a question asked by a young woman, she said that sometimes, the current situation is so loud that it short-circuits our intentions towards the future we want to create for ourselves. And if we are struggling with the current situation, it is safe to say that it will affect the way we see ourselves and judge our worthiness.

In other words, self-sabotage is a very common thing, and it takes a lot of awareness, persistence and determination to overcome. But you know that what you see on the screen of your mind, you can manifest in your material world. So next time you procrastinate, find excuses and enjoy your sweet doing nothing, think about what you truly want for yourself and you can then decide what is the best action to make to make a step towards your goals.

——————————————————————————————————————-

FR: Et d’ailleurs, qu’est-ce que l’auto-sabordage? Et bien, cela inclut toutes les actions (et inactions) qui interfèrent avec nos objectifs de vie. La procrastination en est un bon exemple, et si vous avez lu mon article sur ce sujet vous savez de quoi je parle. D’autres exemples pourraient s’y ajouter, comme manger de la nourriture grasse et réconfortante, regarder bien trop longtemps la télé juste parce qu’on pense le mériter après une longue journée, etc. Nous avons de si grands rêves et projets pour notre futur, pourquoi ne nous y attelons pas? Trois mots me viennent à l’esprit quand j’y pense: la peur, la sécurité et le doute (de soi-même).

La peur, la douce peur à laquelle nous faisons face dans la vie quotidienne. La peur du succès, la peur de l’échec,la peur du changement, la peur de l’inconnu, etc. Peu importe notre plan, la peur peut tout stopper juste en interférant par une erreur qu’elle nous fera commettre ou en nous guidant vers une attitude passive. Oui, la peur est un sentiment puissant, et la meilleure amie de prétextes et excuses. Des prétextes pour ne pas faire quelque chose, des excuses pour un obstacle non franchi. La peur peut stopper de grandes avancées et de grands succès dans une vie. Je sais qu’il est dur de lui faire face, de s’en débarrasser, de l’oublier et d’avancer, cela fait aussi partie de mes batailles quotidiennes, mais il faut se souvenir que vous n’avez rien à perdre. Oui vous pouvez échouer, ou réussir, et cela vous fait peur, mais essayez! Si vous échouez vous apprendrez de vos erreurs, si vous réussissez vous aurez la satisfaction de ce que vous avez accompli. Mais vous continuez à vous auto-saborder, pourquoi?

A cause de la sécurité. La sécurité de votre vie actuelle, situation actuelle, zone de confort actuelle. Il y fait bon et chaud, et vous ne savez pas trop si ce que vous voulez dans la vie vaut la peine de quitter votre zone de confort. Vous avez peur d’en sortir et d’aller chercher ce que vous voulez. La sécurité et la peur sont très liées. Lorsque vous êtes sur le point de quitter votre zone de confort, un système d’alarme intérieur se déclenche, provoquant une panique intérieure, et si nous portons attention à ce sentiment nous allons juste retourner d’où nous venons, où nous nous sentions en sécurité et à l’aise, au lieu de vraiment atteindre ce qui nous consume. Une célèbre citation de Joseph Campbell que j’aime beaucoup illustre très bien le concept de peur de quitter sa zone de confort: “La cave dans laquelle vous redoutez de pénétrer contient le trésor que vous recherchez.” Puissant, n’est-ce pas? Tout est dit dans cette simple citation qui nous indique de sortir, d’aller chercher nos rêves, taper aux portes et explorer pour trouver ce que nous cherchons réellement dans la vie.

Mais il y a un dernier facteur qui, à mon avis, joue une part importante dans notre auto-sabordage sans fin. C’est le doute, et plus particulièrement le doute de soi-même. Ajouté à la peur de l’échec, il provoque une remise en question et des pensées perpétuelles à propos de notre valeur. Et si j’échoue? Ai-je vraiment envie d’arriver à ce que je souhaite? Est-ce que je le mérite? Il faut savoir que nous passons notre temps à nous comparer aux autres, admirant les personnes qui ont réussi, souhaitant avoir la force d’arriver à leur niveau. Et nous remettons en question nos capacités, accentuant notre tendance à nous contenter de ce que nous avons au lieu de tenter d’obtenir ce que nous voulons. Vous connaissez peut-être Esther Hicks (sinon, cherchez Abraham Hicks sur Google). Pendant l’une de ses conférences, en répondant à la question d’une jeune femme, elle a stipulé que parfois, la situation actuelle est si forte qu’elle court-circuite nos intentions pour le futur auquel nous aspirons. Et si nous luttons contre la situation actuelle, on peut dire sans hésiter que cela affectera la vision que nous avons de nous-même et notre jugement.

En d’autres termes, l’auto-sabordage est une chose plus que commune, et une prise de conscience ajoutée à de la persévérance et de la détermination est nécessaire pour le surmonter. Mais vous savez que ce que vous visualisez dans votre esprit peut se manifester dans votre monde réel. Alors, la prochaine fois que vous procrastinez, trouvez des excuses et profitez du fait de ne rien faire du tout, pensez à ce que vous voulez vraiment dans votre vie et vous pourrez ainsi décider quelle est la meilleure action à accomplir pour faire un pas vers vos objectifs.