Are we just dreamers? / Sommes-nous juste des rêveurs?

Standard

Dreamer_01

 

EN: I believe I have not written a post since the New Year, so let me wish you a year full of love, laughter and of dreams coming true! Talking about dreams, something happened to me last week and I have to share it with you.

I have life dreams just like you do; and I think about them quite often. Last week, 2 of them bundled in one shiny package (nice metaphor eh?) appeared right in front of my eyes, the decision being mine to take whether to take action or not. Boom! I was on the edge to have life dreams come true, coming from a phone call, just like that when I was just going through my daily activities. What did I do? I had always envisioned that when I got the opportunity to live one of my dreams, I would make a victory dance and jump everywhere in joy and gratitude, but no, I panicked!! I already lived dreams, but they were not implying radical changes like for these ones, so the the transition went pretty well.

But this time, when I hung up I was overwhelmed, confused, lost, scared, and it stroke me. I am not different from the people who are scared to change their lives, as I totally freaked out. 2 of my dreams were offered to me, and I froze! So it got me thinking, are we just dreamers? Are we content only by having life dreams and once they are given to us we take a step back to stay right where we are? Do we satisfy ourselves with our current reality and dream only to dream but not live the dream?

The answer is that as we have not experienced the new yet, as we do not know how it feels to live this dream, we are scared. We tend to like our warm comfort zone, our habits. The difference between successful people and average people, is that successful people are not afraid to cross the terror barrier at the frontier of their comfort zone to see what is on the other side, when the majority do not dare to and just go back to where they feel safe and comfy, their everyday reality.

I know fear is a powerful emotion, hard to overcome and requiring bravery and strength to be defeated. There is a quote from Nelson Mandela that I like and which says «I learned that courage is not the absence of fear, but the triumph over it». It speaks for itself. If a wish you once made came knocking at your door, maybe implying a radical change of your current condition, and scaring the sh** out of you, what would you do?

I will let you guess what my decision is regarding mine, but let me tell you one thing. Nobody said it would be easy all the time, we are all afraid to make the wrong decisions, to regret them. But in the end, we only regret what we did not do right? So have faith, go and see what is on the other side of your fear, and trust your guts and intuition, as they are your best guidance to make the right decision.

 

———————————————————–

FR: Je crois que je n’ai pas écrit d’article depuis la nouvelle année, alors laissez-moi vous souhaiter une année pleine d’amour, de rire et de rêves devenant réalité! En parlant de rêves, il m’est arrivé quelque chose la semaine dernière, et je me dois de le partager avec vous.

J’ai des rêves de vie tout comme vous, et je pense souvent à ceux-ci. La semaine dernière, 2 d’entre-eux regroupés dans un papier cadeau brillant (jolie métaphore non?) sont apparus devant mes yeux, la décision me revenant d’agir ou non. Boum! J’étais sur le point de réaliser des rêves de vie, émanant d’un appel téléphonique, juste comme ça alors que je vaquais à mes occupations. Qu’ai-je fait? J’avais toujours pensé que lorsque j’aurais eu l’opportunité de vivre un de mes rêves, j’aurais entrepris une danse de la victoire et sauté partout de joie et de reconnaissance, mais non, j’ai paniqué!! J’ai déjà réalisé des rêves, mais ils n’impliquaient pas de changement radical comme pour ceux-ci, du coup la transition était plutôt aisée.

Mais en raccrochant cette fois, j’étais confuse, perdue, apeurée, submergée, et j’ai eu un flash. Je ne suis pas différente des gens qui ont peur de changer leur vie, car j’ai vraiment paniqué! 2 de mes rêves s’offraient à moi, et j’ai bloqué! Du coup je me suis demandé, sommes-nous juste des rêveurs? Sommes-nous satisfaits par le simple fait d’avoir des rêves de vie et une fois qu’on nous les donne, nous reculons pour pouvoir rester là où nous sommes? Se satisfait-on de notre réalité actuelle, en rêvant juste pour rêver mais pas pour vivre le rêve?

La réponse est que comme nous n’avons pas expérimenté la nouveauté, comme nous ne savons pas ce que vivre ce rêve fait ressentir, nous avons peur. Nous avons tendance à apprécier notre zone de confort, nos habitudes. La différence entre ceux qui réussissent et le commun des mortels est le fait que ceux qui réussissent n’ont pas peur de franchir cette barrière de terreur se trouvant à la frontière de leur zone de confort, pour voir ce qu’il se passe de l’autre côté, lorsque la majorité n’ose pas et retourne là où elle se sent bien et en sécurité, sa réalité quotidienne.

Je sais que la peur est une émotion puissante, dure à surmonter et requérant de la bravoure et de la force pour être vaincue. Il y a une citation de Nelson Mandela que j’aime beaucoup, elle dit: «J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre». Cette citation parle d’elle-même. Si un vœu que vous avez fait un jour venait frapper à votre porte, impliquant peut-être un changement radical de votre condition actuelle, et vous flanquant vraiment la trouille, que feriez-vous?

Je vais vous laisser deviner quelle est ma décision à propos du mien, mais laissez-moi vous dire une chose. Personne n’a dit que ce serait facile tout le temps, nous sommes tous effrayés de prendre les mauvaises décisions, de les regretter. Mais finalement, on ne regrette que ce qu’on a pas fait, n’est-ce pas? Alors ayez la foi, allez voir ce qui se cache de l’autre côté de votre peur, et faites confiance à votre conviction et votre intuition, elles sont le meilleur guide pour prendre la bonne décision.  

Advertisements

Be here now/ Ici et maintenant

Standard

beherenow

EN : I took the bus to go home today. That bus was stuck in traffic most of the time, and as the rain was pouring outside, and I began to observe people. Here is what I saw : 3 girls in the back were looking at their phones, the girl in front of me was doing the same, and she had been since I got in the bus 25 minutes before. As I turned my head towards the front of the bus I saw 4 people staring at their phones, 2 others at their tablets. The rest of them were talking, and a lady was reading a book.

In this observation of bus riders, tell me what the majority of them was doing. They were keeping their mind busy not to get lost in boredom, or maybe to prevent their imagination wander. Oh yes I took my phone out of my purse too, because seeing those people inspired me this blog post, and I could not wait to begin and write a few ideas. I am like them. And so are you.

We do have a problem, because even if we were all travelling alone, we may be doing the same with company. In fact, we all do. The phone is on the table waiting for the next notification, the next call or text from someone who is not with us right now. We forget to be here now, we forget to fully enjoy and feel the moment. And our phone reminds us that we still have an escape if we get bored. How did this happen? How did we get so distracted from the real world?

Let me tell you what we are missing : moments with loved ones we can never get back because we are too concentrated on the ones who are not there, connections with strangers who can become close ones, opportunities, things only our eyes can catch but not the inbuilt camera of our smartphones. We lost the power of imagination, the power to stop and think, the power to focus.

So, can you do me a favour? When you spend a moment with a friend, a sibling, please leave your phone in your pocket. Facebook can wait. If this call you are receiving is important the person will call back. When you are taking a walk, enjoy it. When you are at home, take a break from your phone for at least an hour to do the things you are procrastinating about, or just to think and focus on you and your goals and dreams. Get back to enjoying the moment, to focus on the present, and stay in touch with the real world. Life is too short not to enjoy every moment.

————————————————————————————————————-

FR : J’ai pris le bus pour rentrer aujourd’hui. Ce bus était bloqué dans les bouchons la plupart du temps et, alors qu’il pleuvait des cordes dehors, j’ai commencé à observer les gens. Voici ce que j’ai vu : au fond, 3 filles regardaient leur téléphone, celle en face de moi faisait la même chose, et ce depuis que j’étais montée dans le bus 25 minutes plus tôt. En tournant la tête vers l’avant du bus, j’ai vu 4 personnes plongées dans leurs téléphones, et 2 autres dans leurs tablettes. Les autres discutaient, et une femme lisait un livre.

Dites-moi ce que la majorité de ces gens faisait dans ce bus suite à ce jeu d’observation. Ils gardaient leur esprit occupé pour ne pas se perdre dans l’ennui, ou peut-être pour empêcher leur imagination de flâner. Oh oui, j’ai moi aussi sorti mon téléphone de mon sac, parce que voir ces gens m’a inspiré cette publication, et je ne pouvais pas attendre pour commencer à écrire quelques idées. Mais dans le fond, je suis comme eux. Et vous aussi.

Nous avons un problème, car même si nous étions en train de voyager seuls, il est possible que nous agissions de même accompagnés. En effet, nous le faisons tous. Le téléphone est sur la table attendant la prochaine notification, le prochain appel ou message de quelqu’un qui n’est pas avec nous à ce moment-là. Nous oublions d’être ici, maintenant. Nous oublions de profiter pleinement du moment. Et notre téléphone nous rappelle que nous avons tous une échappatoire si on commence à s’ennuyer. Comment cela est-il arrivé? Comment en sommes-nous arrivés au point de trouver des distractions nous éloignant du monde réel?

Laissez-moi vous dire ce que nous manquons : des moments avec des êtres chers qu’on ne pourra jamais revivre parce qu’on se concentre trop sur les absents, des connexions avec des étrangers qui peuvent devenir des proches, des opportunités, des choses que seuls nos yeux peuvent voir mais pas l’objectif de notre smartphone. Nous avons perdu le pouvoir de l’imagination, le pouvoir de se poser et de penser, le pouvoir de se concentrer.

Alors, pouvez-vous me faire une faveur? Quand vous passez un moment avec un ami ou un proche, laissez votre téléphone dans votre poche. Facebook peut attendre. Si cet appel est important, la personne rappellera. Lorsque vous faites une promenade, savourez-la. Lorsque vous êtes à la maison, coupez-vous de votre téléphone pendant au moins une heure pour faire les choses que vous remettez à demain, ou juste pour vous poser, faire le point sur vous-même et vos rêves. Réapprenez à profiter du moment, à vous concentrer sur le présent, et à rester en contact avec le monde réel. La vie est trop courte pour ne pas profiter de chaque instant.

A story about perception/ Une histoire de perception

Standard

illusion-le-mur

EN- Oh, how blinded and stubborn we can be sometimes. They say it is all about perception. You see what you want to see, you hear what you want to hear, and you make it your reality and truth. Yes, we all do…

What really is perception? It is the recognition and interpretation of sensory stimuli based upon our memory. In other words, it is the way we interpret data around us, according to our education, values, past experiences, etc. Perception is personal, and you may not understand someone else’s perception.

It is not easy to walk in other’s shoes. So we use our own way to look at things to make deductions, interpret a situation, and most of the time we are wrong about what is really is, because we shape it with our own thinking.

I have no idea how you feel right now, but I create scenarios in my mind. And you do the same don’t you? Then, at some point misperceptions must be stopped, most of all in human relationships. Whether you have a misconceived feeling about a significant other, or you are trying to solve a tricky situation that is threatening you relationship, talk it out, say how you feel and listen.

You may be too proud to make the first step, too afraid to share what you have in your heart, etc. But whatever the reason for you to stay in your corner may be, think twice and don’t forget that selfishness never ruled the world, and you may regret one day, all the things you did not say when you had the chance.
———————————————————————————————————–

FR- Oh, comme nous pouvons être aveugles et bornés parfois! Il paraît que c’est à cause de notre perception. On voit ce que l’on veut voir, on entend ce que l’on veut entendre, et on en fait notre réalité.

Mais qu’est-ce que la perception? C’est la reconnaissance et l’interprétation de stimulis sensoriels basés sur notre mémoire. En d’autres mots, c’est la manière dont nous interprétons les informations autour de nous. La perception est personnelle, et on ne comprend pas toujours la perception des autres.

Ce n’est pas facile de se mettre à la place de quelqu’un d’autre. Alors on utilise notre propre manière de voir les choses pour faire des déductions et interpréter une situation, et la plupart du temps on se trompe sur ce qu’il se passe vraiment, parce qu’on le façonne avec notre raisonnement personnel.

Je n’ai aucune idée de ce que tu ressens en ce moment, mais je crée des scénarios dans mon esprit. Et tu fais la même chose non? Alors, à un moment donné les erreurs d’interprétation doivent être stoppées, d’autant plus dans les relations humaines. Que vous ayez un sentiment biaisé concernant une personne chère, ou que vous tentiez de résoudre une situation compliquée menaçant votre relation, parlez-en, dites ce que vous ressentez puis écoutez.

On peut avoir trop de fierté pour faire le premier pas, être trop apeuré pour dire ce que l’on a sur le cœur, etc. Peu importe la raison qui nous pousse à rester dans notre coin, pensons-y à deux fois et n’oublions pas que l’égoïsme n’a jamais dominé le monde, et qu’on peut un jour regretter les choses que nous n’avons pas dites lorsque nous avions la chance de pouvoir le faire…